NOU KA SONJÉ
EMILE MAURICE
Vign_404443_453703788034998_986480218_n


Émile Maurice

Émile Maurice, né le 8 juillet 1910 à Fort-de-France
 et mort le 13 janvier 1993, est un homme politique de la droite martiniquaise et
partisan farouche de l'assimilation de la Martinique à la France. Il fut
président du conseil général de la Martinique de 1970 à 1992. Il fut aussi
professeur d'histoire et de géographie.

Biographie

Émile Maurice débute sa carrière politique en 1957 en se
faisant élire conseiller général de Saint-Joseph. Ensuite, il rejoint Aimé
Césaire lorsqu'il fonde le Parti progressiste martiniquais en 1958. Il est élu
maire de Saint-Joseph en 1959, siège qu'il conservera jusqu'à sa mort en 1993.

Déçu par les options nationalistes d'Aimé Césaire, il quitte
le PPM et adhère à la fédération UNR de la Martinique. Dès lors, Émile Maurice
s'opposera aux idées séparatistes de l'extrême gauche martiniquaise et sera
avec Camille Petit et Victor Sablé l'un des plus farouches défenseurs du statut
départemental (DOM) en Martinique.

Il fut durant plusieurs années, président de la fédération
RPR de la Martinique.

Parcours politique

Président du Conseil général de la Martinique de 1970 à 1992

Maire de Saint-Joseph de 1959 à 1993

Conseiller général du canton de Saint-Joseph de 1957 à 1993

SOURCE : Wikipédia-

http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89mile_Maurice
 


 

 

 

 

EMILE MAURICE


     Nou Ka Sonjé

Jean-Jacques Seymour

Radio Caraïbes Martinique—

EMISSION CANTONAL-1988-

INVITE : EMILE MAURICE    

  Président du conseil
général de la Martinique

 

1-emile_maurice_president_consiel_general_martinique
 
Vign_imagesCAAU3PFJ
Emile Maurice : un hommage mérité
France-Antilles Martinique -19.02.2013

J'ai eu connaissance, par la presse écrite et la télévision, de l'hommage rendu à la mémoire d'Emile Maurice, dans cette ville de Saint-Joseph qu'il a administrée pendant 33 ans, à l'occasion du vingtième anniversaire de son de son décès survenu le 13 janvier 1993.Collègue et ami de ce grand disparu, pendant 30 années comme conseiller général, et 25 années comme maire, ou 15 années comme président de l'Association des maires, j'ai en retenu avec lui, tout au long, des rapports empreints de confiance et de considération dans une réciprocité sans failles. Sous ses 20 années de gestion à la tête du Conseil général de la Martinique, en ma double qualité, soit de responsable de la « Commission des Affaires sociales, éducatives, culturelles et diverses soit comme premier vice-président sous sa dernière mandature de président majoritaire ; j'ai pu apprécier l'esprit d'ouverture et de concession de l'homme. Aussi, avec autant de spontanéité que de pertinence, je m'associe de tout coeur au légitime hommage qui lui a été rendu! ...Emile Maurice laisse le souvenir d'un républicain entier, d'un ardent patriote, au sens élevé du terme, d'un administrateur rectiligne, d'une rigueur intellectuelle et morale avérée. Tribun redouté, cet ancien professeur d'histoire, aux discours aussi bien charpentés que documentés avait l'art consommé de séduire et de convaincre!...Homme d'actions aux convictions chevillées, Emile Maurice fut, jusqu'à son dernier souffle, un défenseur passionné et sans concession de cette inégalable conquête qu'a été, pour les quatre DOM et nos populations, la Départementalisation du 18 mars 1946, à laquelle nous sommes combien redevables!...

Et c'est pour mieux contribuer à cette défense, qu'au début des années 1980, en sa qualité de dirigeant du parti gaulliste d'alors (L'UMP n'étant pas encore née), il organisa, avec l'UDF, dont j'étais responsable, et les « non-inscrits » de l'époque : « L'Union départementaliste » , structure de concertation et d'actions communes. D'autre part avec cette majorité du moment et sous son impulsion, nous fondâmes, aux mêmes fins, le journal « l'Union » , dont l'orgaisation, la direction et la participation me furent confiées par décision consensuelle, sous sa supervision.

« LES MORTS SONT DES INVISIBLES... »
 
En 1981, notre Majorité fut confrontée à rude épreuve ; en effet, le nouveau gouvernement avait voulu traduire en actes, les promesses antérieurement faites et consignées dans le Chapitre VI du « Programme commun » (P. 183) ; d'ailleurs, non annulées à ce jour! ... Et il a fallu la pugnace initiative du Président Maurice, en parfaite unité de vue et d'action avec ses homologues des trois autres DOM, ainsi que le soutien actif du Président du Sénat (Alain Poher) signataire d'un recours commun, pour engager la procédure devant faire abroger par le Conseil consitutionnel, la loi dite « Defferre-Emmanuelli » , qui agressait mortellement notre statut départemental ...

Le sens du devoir du président Maurice, élevé jusqu'à l'abnégation, lui fit revendiquer, en 1983, lors de la première élection de l'Assemblée régionale, de figurer en dernière position comme « locomotive de queue » sur la liste d'Union conduite par Michel Renard. Et la Martinique entière devrait se souvenir de cette soirée agitée de fin de scrutin où, dépouillement achevé, résultats comptabilisés, notre liste fut créditée de 21 sièges contre 20 et où, « nou couché à dwèt é nou lévé à goch' » !...

« Les morts sont des invisibles, ils ne sont pas absents » , soutient notre immortel Victor Hugo ; et l'on peut espérer que le président Maurice restera longtemps présent dans nos mémoires et dans les coeurs de nos concitoyens, ne serait-ce que par les nombreuses et importantes réalisation d'intérêt public dont s'enorgueillit notre Martinique et qui sont étroitement liées à son inspiration et ses initiatives ... ; il n'y a pas place ici pour un inventaire : ce serait trop long... Retenons symboliquement la dernière et non des moindres, qu'il n'a pas eu le temps d'inaugurer : l'Atrium de Fort-de-France, un de nos fleurons départementaux.

C'est lui qui a voulu ce centre culturel départemental, c'est lui qui l'a inspiré et c'est sous sa présidence que le Conseil général, par ses interventions de poids, a pu convaincre l'Etat de prendre une large part dans cette construction, dont le Département contribua d'ailleurs à son financement pour 50% environ, les autres partenaires étant la Région (15%), la Ville de Fort-de-France (10%) et l'Etat (25% + le terrain) ; ajoutons que celui-ci, contribue de façon non négligeable au fonctionnement de l'Atrium par versement d'une subvention annuelle ...

Homme d'une grande culture, Emile Maurice a illustré, par la réalisation de ce « Temple » dédié aux arts et à l'épanouissement de ses utilisateurs, que la Culture n'a ni frontière, ni monopôle, ni Parti politique ; qu'elle n'est pas, comme l'argumentait Anna de Noailles, seulement connaissance, mais surtout « Ouverture, accueil, acceptation de l'autre, en un mo : Tolérance » ...

Et, est-il vain d'espérer qu'un jour, peut être, dans cet Atrium qui lui était cher, un couloir, un hall d'attente ou une porte d'entrée, rappellera, par sa dénomination, le souvenir d'Emile Maurice, son promoteur!A Maryse sa fille et à ses proches, l'expression de notre cordiale amitié! et profonde sympathie, à la population de Saint Joseph.

Jean Maran, ancien député, ancien conseiller général et régional

SOURCE : France-Antilles Martinique 19.02.2013
http://www.martinique.franceantilles.fr/regions/departement/emile-maurice-un-hommage-merite-193876.php


 
 


     Nou Ka Sonjé

Jean-Jacques Seymour

Radio Caraïbes Martinique—

EMISSION CANTONAL-1988-

INVITE : EMILE MAURICE    

  Président du conseil
général de la Martinique

 

 
 

vign_Emile_Maurice-3

vign_MONUMENT_AUX_MORTS-

vign_L_eglise

vign_Emile_Maurice-merci

vign_saint_joseph_025

vign_530613_304093646378676_452344415_n

vign_Emile_Maurice-2

vign_Emile-MERCI

vign_chapelle_sans_croupion

vign_DOCTEUR_MAURICE_EMILE_MAURICE
 

vign_nou_ka_sonje-3

vign_Emile_Maurice-3

vign_Nou_Ka_Sonje-1

vign_404443_453703788034998_986480218_n

vign_nou_ka_sonje-2

vign_Emile_Maurice-Nou_ka_sonje

vign_MONUMENT_AUX_MORTS_DE_SANT_JOSEPH_MARTINIQUE

vign_Emile_Maurice-2

vign_530613_304093646378676_452344415_n

vign_Emile-MERCI
 
Vign_Emile_Maurice-3
 
Vign_saint_joseph_bandeau
Saint-Joseph


A 12 km de Fort de France, loin des plages, la N4 mène le voyageur au cœur de la Martinique profonde , à  Saint-Joseph.  Avec sa belle forêt de Rabuchon aux essences rares (châtaigniers grandes feuilles, bois fer, bois l'encens,...) et ses nombreuses rivières (rivière Monsieur, la Jambette, rivière Prospérité, la Lézarde et l'importante rivière Blanche) cette commune est la plus verte et la plus irriguée de l'île. L'histoire de Saint-Joseph est plus que partout ailleurs liée à celle de son église. Avant d'être formée en commune réunissant en 1888 des morceaux détachés du Lamentin, de Fort-de-France et du Gros-Morne, Saint-Joseph était une paroisse créée en 1862, mais dont les origines remontent au XVIIIème siècle.

SOURCE :
http://jm.sutour.pagesperso-orange.fr/visite%20enmartinique/communes%20nord/ste%20joseph/saint_joseph.htm
 
Vign_L_eglise

Nou Ka Sonjé-

La tour du jubilé date du début du XXème siècle. et est composée de roches volcaniques et de briques. Elle aurait servi de support de croix lors d'un jubilé de l'église catholique. le cyclone de 1903 l'a partiellement détruite.
Source :

http://jm.sutour.pagesperso-orange.fr/visite%20enmartinique/communes%20nord/ste%20joseph/saint_joseph.htm

 
Vign_DOCTEUR_MAURICE_EMILE_MAURICE
Enfin, la commune doit à la personnalité d'un maire, Émile Maurice (1910-1993), président du conseil général pendant vingt-deux ans (1970-1992), figure respectée de la vie martiniquaise depuis la départementalisation de 1946, un rayonnement qu'elle n'aurait pas forcément acquis par ses seules ressources.

source :

http://jm.sutour.pagesperso-orange.fr/visite%20enmartinique/communes%20nord/ste%20joseph/saint_joseph.htm
 
Vign_MONUMENT_AUX_MORTS_DE_SANT_JOSEPH_MARTINIQUE
Saint Joseph expose sur sa place tranquille un monument aux morts 1914-1919 présentant l'originalité d'un petit obélisque orné de représentations naïves de l'archange Saint-Michel et d'une doudou martiniquaise gravés dans le marbre.
SOURCE:

http://jm.sutour.pagesperso-orange.fr/visite%20enmartinique/communes%20nord/ste%20joseph/saint_joseph.htm
 
Vign_Emile_Maurice-Nou_ka_sonje
Émile Maurice, né le 8 juillet 1910 à Fort-de-France et mort le 13 janvier 1993,
 
Vign_DOCTEUR_MAURICE
 
Vign_saint_joseph_008
 
Vign_MONUMENT_AUX_MORTS-
 
Vign_Emile_Maurice-Nou_ka_sonje
 
Vign_Emile_Maurice-3
 
Vign_190112_108057675941390_4219947_n
Christian Valard
...Merci Mano Loutoby, et n'oublie pas qu'il a été responsable syndical qui a obtenu la prime de 40% pour les fonctionnaires aux Antilles-guyane.
 
Vign_EMILE_MAURICE
© 2010
Créer un site avec WebSelf