NOU KA SONJÉ
 
JEAN BALUSTRE
Vign_jean-3

Jean BALUSTRE


Au début des années trente, à Fort-de-France, de jeunes écoliers s'évertuent à confectionner des instruments de musique à partir du tube végétal de la papaye, dans l'espoir d'imiter les musiciens qui disposent de véritables clarinettes. Parmi ces enfants l'un n'est pas le moins actif : Jean Balustre, passionné par la musique. Son frère aîné, Georges Balustre l'influence largement. Joueur remarquable de batterie, qui s'initiera ensuite à la clarinette et à la trompette, Georges Balustre sera pendant de longues années le trompettiste en titre d'Harmony King, l'un des orchestres phares de la Martinique. Il officiera également au sein de New jazz. Pour Jean
Balustre, les répétitions de l'orchestre de son frère sont une source permanente d'émerveille¬ment et d'enrichissement. Il étudie attentivement les évolutions des musiciens et surtout celles de son batteur de frère. En attendant qu'il puisse à son tour jouer de la batterie ses parents lui offrent un harmonica. Un heureux événement familial va bientôt renforcer la passion de Jean Balustre. Anderson Bagoé, le célèbre saxophoniste et auteur-compositeur devient son beau-frère. Jean Balustre, dès lors, va le suivre dans chacune de ses représentations, et notamment lors des mani-festations du tricentenaire. Anderson Bagoé dirige son propre dancing au parc Galliéni et son
jeune beau-frère est évidemment l'un de ses spectateurs les plus assidus. A seize ans Jean Balustre décide de se rapprocher du Groupe folk-lorique martiniquais, dont l'ambiance et la bonne humeur l'ont attiré. Sa détermination et sa hardiesse surprendront les responsables du groupe qui accepteront sa candidature. Pourtant, la place de batteur étant déjà occupée, on lui propose seulement de jouer du cha-cha. Mais la chance veille sur Jean Balustre. Le saxophoniste du Groupe, Jojo Benjamin qui est à la tête d'une petite formation, lui demande de tenir la batterie lors de l'animation d'un mariage. Conquis par le talent et surtout la maîtrise instrumentale de Jean Balustre, il décide de l'engager. Le service militaire pourrait forcer Jean Balustre à une semi-retraite. Mais une fois de plus les dieux de la musique l'accompagnent. Il devient rapidement le batteur de l'orchestre de la caserne qui, le premier samedi de chaque mois, anime le bal des officiers qui se donne au fort Saint-Louis. 1941 sera l'année de son premier emploi au service technique de la Compagnie Transatlantique. La guerre fait rage depuis longtemps dans le monde lorsqu'il est mobilisé en 1944. L'armistice lui vaudra de ne pas grossir le flot des soldats qui partent à desti¬nation de la France et de l'Europe. Il reprend son poste et demeurera dans la Compagnie jusqu'à sa retraite en 1981. S'il n'est jamais devenu profes-sionnel, Jean Balustre n'en a pas moins mené une carrière musicale bien remplie. Pendant plusieurs années il va accompagner différentes formations, dont Harmony King, dans sa seconde configura-tion, que dirige Henry Sommier dit Rio. En 1956 Jean Balustre fonde son propre orchestre, Caraïbana, avec pour musiciens Victor Thermé et Michel Pierre Léandre au saxophone, Turenne Roussi à la clarinette soprano, Necker à la contre-basse, Jo Amable aux tumbas, aux maracas et à l'harmonica. Le succès est immédiat pour la jeune formation, à tel point que de nouveaux musiciens sont intégrés : Maurice Monrose à la guitare, Joël Dagobert à la timbale, Léon Lupon, René Thimon, Eloi Paulman à la trompette, Nel Lancry au piano, Jojo Grocravla à la tumba, Sully Londas à la contrebasse, René Carel au saxophone ténor, Emile Volel assurant le chant. Pendant dix-huit ans l'orchestre Caraïbana va animer avec chaleur et talent les soirées populaires martini¬quaises, mais aussi celles de la haute société locale. Mais comme d'autres, cette formation va subir la rude et implacable concurrence des orchestres étrangers venus déferler sur la Martinique. La chute sera brutale et l'on verra Caraïbana réduit à jouer en première partie des formations haï¬tiennes, dont le fameux orchestre Tropicana. Pour
la musique martlmquaise c'est le temps des grandes mutations. Les orchestres à base de guitare font leur apparition et le nombre des musi-ciens se réduit considérablement, alors que les formations traditionnelles comme Caraïbana en comptent jusqu'à une quinzaine. Petit à petit l'or-chestre s'effrite et finit par disparaître en 1968. Jean Balustre ne reste pas pour autant inactif. Il remonte aussitôt une nouvelle formation, l'orchestre Martinique, avec ses amis de toujours qui formaient alors le Caraïbana. L'orchestre Martinique dont le répertoire se compose essen-tiellement de morceaux de musique traditionnelle, va animer jusqu'en 1990 quantité de manifes-tations et de bals d'associations. Depuis 1990, Jean Balustre conduit une nouvelle formation, les Compagnons de la Musique avec Barel Coppet à la clarinette, Daniel Ravaud au trombone, Jean Nestoret au violon, Marcel Misaine à la guitare, Baby Bagoé au piano, Sully Londas à la contre-basse et Laurent Larode au chant.
Batteur de grand talent, il a enregistré avec diffé-rents musiciens comme le tromboniste Pierre Rassin, les frères Trébeau, Claude Confiant et Eugène Mona. Jean Balustre a également accom-pagné l'accordéoniste Emile Trébeau, lors du fes-tival d'accordéon de La Courneuve, en 1984.
En 1992, Jean Balustre a participé au festival de la clarinette d'Angoulême puis à celui de Gloëmel, en compagnie du clarinettiste Serge Versol, du pianiste Baby Bagoé et de la clarinettiste Célia Raquil.
PS:GRAND LIVRE DES MUSICIENS CREOLES TOME 1 de SULLY CALLY
Cet ouvrage retrace en 288 pages et 200 photos la carrière de ces hommes et femmes qui à travers l'art musical, ont contribué à l'évolution culturelle de cette société. 119 musiciens répertoriés dans ce premier volume qui va du bèlè au jazz, du typique à l'opéra.

http://www.sully-cally.com/

//////////////



Mano Radio Caraïbes


http://manoretro.unblog.fr/  
http://emission.unblog.fr/  
martel.loutoby@orange.fr  
http://fr-fr.facebook.com/  
http://www.manoradiocaraibes.com  
Portable:0696919145
Portable:0696840553
JEAN BALUSTRE
Mano Radio Caraïbes
Emission le "Le Bon Exemple"
Invité:Jean BALUSTRE
Le 09-Juin-2001
Vol.01
1-le_bon_exemple_jean_balustre-le_02-juin-2000-vol.01
JEAN BALUSTRE
Mano Radio Caraïbes
Emission le "Le Bon Exemple"
Invité:Jean BALUSTRE
Le 09-Juin-2001
Vol.02
le_bon_exemple-jean-fin_ok
 
 
Vign_jean_balustre-merci-1
MANO RADIO CARAÏBES
Et n'oubliez pas, ami.... Visitez Mon site
aussi souvent que vous le pouvez... et merci ! ... n'oubliez pas d'informer vos amis !
Je vous remercie
Cliqué ICI
http://www.manomerci.com/  
http://www.manoradiocaraibes.com/  
 
Vign_hstzsdw4avx

Patrick Balustre

Un grand merci pour ce travail de témoignages et de recherches fondamentales sur l'histoire de notre patrimoine musical dans une certaine période.Je suis le fils de Georges BALUSTRE dit TI JO, batteur,clarinettiste et trompettiste, grand frère de Jean,qui était également arrangeur, auteur compositeur de morceaux très connus comme "Gran mé gran, Désespoir ou la sirène"et membre fondateur du Groupe
Folklorique de la Martinique... c'est le treizième anniversaire de sa mort aujourd'hui.Je me souviens des mots de Nel LANCRY qui m'a dit avant d'entrer à l'église:"Ton Père était certainement le dernier grand musicien martiniquais et personne ne le sait" ou encore d'une photo dédicassée de Robert MAVOUNZI de la manière suivante:"A mon frère Ti JO le père de la musique moderne des Antilles".Il faut également poursuivre la recherche dans l'authentification des oeuvres afin de mieux révéler les richesses de ce patrimoine et ses vicissitudes.
Bon courage, mwen épi sa ka fè nou wê pli klè!





J’aime ·
 
 
 
 
 
Vign_jean_balustre-merci-Nou_ka_sonje
NÉCROLOGIE
Jean Balustre nous a quittés

Éric HERSILIE-HÉLOÏSE -Samedi 06 juillet 2013

C'est à cinq heures hier matin, que le musicien, batteur, compositeur, Jean Balustre s'est éteint.

Cela faisait quelques mois qu'il déclinait. « I ka bay anba » , comme disait dernièrement son ami le guitariste Maurice Monrose. Il faut dire qu'il avait son « petit âge » , mèt'Balustre!Rarement un homme a eu plus de concordance avec son patronyme : tous les collectionneurs rêvent d'avoir un jour en leur possession un vase balustre, cette pièce d'art rare née en Orient.Jean lui, était né plus près de nous à Fort-de-France, au début du siècle dernier. Très tôt, il est influencé par son grand frère. Georges Balustre est batteur, puis trompettiste vedette au sein des orchestres Harmony King et New Jazz. Jean a son modèle et veut faire son chemin. Et pas n'importe comment : à la batterie!C'est ainsi qu'à l'âge de 16 ans, il se présente au Groupe folklorique martiniquais. Hélas, la place de batteur est occupée. On lui propose de « soukwé shasha a » . Cela dit, le saxophoniste du groupe, Jojo Benjamin le remarque et l'engage dans sa formation personnelle.De ce jour, Jean Balustre ne cessera plus de jouer. En 1956 , il fonde son propre orchestre, « Caraïbana » , avec pour musiciens Victor Thermé et Michel Pierre Léandre au saxophone, Turenne Roussi à la clarinette soprano, Necker à la contre-basse, Jo Amable aux tumbas, aux maracas et à l'harmonica.Le succès est immédiat pour la jeune formation, à tel point que de nouveaux musiciens sont intégrés : Maurice Monrose à la guitare, Joël Dagobert aux timbales, Léon Lupon, René Thimon, Eloi Paulman à la trompette, Nel Lancry au piano, Jojo Grocravla à la tumba, Sully Londas à la contrebasse, René Carel au saxophone ténor et Emile Volel au chant. Pendant dix-huit ans l'orchestre « Caraïbana » va animer avec succès les soirées martiniquaises.
JUSQU'AU BOUT, UN BATTANT
Au début des années 1970, victime de la déferlante haïtienne en autres, Caraïbana va se disloquer. Il essaiera bien de monter d'autres formations, comme l'orchestre Martinique. Mais les temps avaient changé.Il lui faudra attendre 1990 pour que le bon vent souffle de son côté.Et ce sera les « Compagnons de la musique » avec Barel Coppet à la clarinette, Daniel Ravaud au trombone, Jean Nestoret au violon, Marcel Misaine à la guitare, Baby Bagoé au piano, Sully Londas à la contre-basse et Laurent Larode au chant.Il aurait pu continuer longtemps encore, si l'âge et la maladie n'en avaient décidé autrement.
*sources : Mano Loutoby, Maurice Monrose, Jean Trudo-
Lire l'article intégral Veuillez cliquez ICI

http://www.martinique.franceantilles.fr/actualite/une/jean-balustre-nous-a-quittes-212016.php
 
Vign_logo_site_rci

AVIS D’OBSEQUES > Obsèques Martinique

samedi 6 juillet 2013

Monsieur BALUSTRE JEANLes obsèques de Monsieur BALUSTRE JEAN
AGENT DE LA CGM EN RETRAITE

Décédé à l’age de 91 ans

seront célébrés le samedi 6 juillet à 10h0
EN L’ÉGLISE PAROISSIALEDE SAINTE ANTOINE DES TERRES SAINVILLE

LE CORTEGE SE REUNIRA SUR LE PARVIS

l’inhumation se fera au Cimetiere de TRABAUD


Cet avis est diffusé de la part de :

SES ENFANTS / DANIEL / FRED / FRANCK / SERGE /
ET LEUR EPOUSES /

SA SOEUR / AIMÉE /

SON FRÈRE / LUCIEN /

SES PETITS ET ARRIÈRES PETITS ENFANTS /

SES NEVEUX ET NIÈCES / COUSINS ET COUSINES /

DES FAMILLES / BALUSTRE / BAGOE / VIRGAL / LOUIS-JOSEPH /

DES PARENTS AMIS ET ALLIÉS /

LES CONDOLÉANCES SE FERONT SUR LE PARVIS DE LÉGLISE AVANT LA CÉRÉMONIE /

source :RCI Martinique
http://www.rci.fm/Monsieur-BALUSTRE-JEAN.html

 
Vign_jean_balustre-2
 
Vign_jean_balustre-8
 

vign1_jean_balustre-7

vign1_jean_balustre-20

vign1_jean-1
 

vign1_jean_balustre-2

vign1_jean_balustre-1

vign1_jean_balustre-13

vign1_jean_balustre-merci-14
 
Vign_jean_balustre-merci-14
 
Vign_jean_balustre-3
 
Vign_jean_balustre
 
Vign_jean_balustre-1
 
Vign_jean-2
 
Vign_jean_balustre-merci-8
 
Vign_jean_balustre-8
 
Vign_jean_balustre-7
 
Vign_jean_balustre-1
 
 
 
 
 
Vign_MyPhoto
disparition

Le musicien Jean Balustre est décédé

Par Raphaël BastidePublié le 05/07/2013 | 17:06, mis à jour le 05/07/2013 | 17:06

Il faisait partie des piliers de la musique traditionnelle martiniquaise. Jean Balustre, fut notamment chef d'orchestre du groupe Caraïbana puis de l'Orchestre Martinique. 

Batteur et percussionniste de talent, Jean Balustre était un homme discret. A 16 ans, il intègre le Groupe Folklorique Martiniquais aux côtés de Loulou Boislaville avant de créer, en 1956, son propre groupe, l'Orchestre Caraïbana. En 1990, il rejoint Barel Coppet et les Compagnons de la musique...
Retour sur la carrière musicale de Jean Balustre

Pour  lire la suite veuillez cliquez ICI

http://martinique.la1ere.fr/2013/07/05/le-musicien-jean-balustre-est-decede-45913.html
 
 

vign1_Jean_BALUSTRE-Merci-1

vign1_jean_balustre-merci-10_ws68239087

vign1_Jean_BALUSTRE-Merci-2

vign1_MyPhoto
© 2010
Créer un site avec WebSelf