NOU KA SONJÉ
JOE JACK-RCI-1993
Vign_ok-1
JOE JACK
L' HOMME ORCHESTRE
MUSICIEN
JOSEPH JACQUES (Joe JACK)
Chant, accordéon Maestro

TIMIDITÉ ,PROFESSEUR L' ÉCOLE,VOYOU, VOYELLE,DIX HEURES ,GAÇON ROLAND,MA PETITE CAGE,LA PRIÈRE,TI-DES
Photographe: D. F. SIMON ,Ingénieur du son: R. DENIS ,Producteur: J. J. HOGARTH
Distributeur: J. J. HOGARTH-(1978)- Volume1
///////////////////////////////////////////////////

DÉSESPOIR,SOIR D' HIVER,PROBLÈME ARTISTE ,PORT SALUT 1941
LA DERNIÈRE FOIS,DEPUIS CE JOUR,FEM' DOUCE,CAFÉ GRILLE
Photographe: D. F. SIMON ,Ingénieur du son: R. DESMANGLES
Producteur: J. J. HOGARTH ,Distributeur: J. J. HOGARTH –Volume2-(1979)
/////////////////////////////////////////////////////////////////////////
EN PROMENADE,GRAN FORCE MOIN,DEVINEZ,BONSOIR ;POT-POURRI (Guantanamera) ,
BON ZANMI,PITITE MOIN,TOUT SEUL,CONFESSION D' UNE FEMME,CRÉPUSCULE ,-
(Photographe: (D.R.) ,Ingénieur du son: R. DENIS
Producteur: J. J. HOGARTH ,Distributeur: J. J. HOGARTH-(Volume3)-1979
/////////////////////////////////////////////////////////////////////////
POURQUOI VE ,QUE JE T' OUBLIE ?,* MON ADORÉE,* L' INDIFFÉRENTE,* DETTY
EN PASSANT ,JUSQU'AU PETIT MATIN,* SUZIE,A L' HÔPITAL,CARIDAD -
Photographe: D. F. SIMON ,Ingénieur du son: D. BRODY,* R. DENIS -
Producteur: F. PAUL -Distributeur: MINI RECORDS-Volume4)-1979
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
ENTRE TE VOIR ET T' AIMER,PORTRAIT TI SŒUR MOIN,PAPA LOCO
BATACUDA ,TI MÉNAGE MOIN,COMPÈRE WALTER,SOUVENIR 4 CLOCHES
FE GRO LA MACHE
Photographe: (D.R.) ,Ingénieur du son: R. DENIS ,Producteur: C. Jn-BAPTISTE
Distributeur: Ets Jn-BAPTISTE-(Volume5)-1981
///////////////////////////////////////////////////////////////////////
ESTE AMOR APASIONADO,BLAGUES,UNE FEMME EN DÉTRESSE
CADAVEZ (I),CADAVEZ (II),SI,CE N' EST QU'UN AU REVOIR
Photographe: (D.R.) ,Ingénieur du son: S. G. DUVIELLA
Producteur: G. RAPHAËL ,Distributeur: UTICA RECORDS-(Volume :6-)-1982
//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
TOI QUI VIENT DE NAÎTRE
S R CAPITAN
MERCI ,COTTY ,QUILI GUIGUI,PILON PE PITES,MET CO
Photographe: W. NICOLAS ,Ingénieur du son: S. G. DUVIELLA
Producteur: G. RAPHAËL ,Distributeur: UTICA MUSIC CENTER
(Volume ;07-)-1982
//////////////////////////////////////////////////////////////////////
LA RONDE ENFANTINE (MON LOLO),Label: GERONIMO RECORDS (G.R.) /Référence: 0020 Année: 1984

RONDE ENFANTINE (Mon lolo),TU ES VENU A TEMPS,CONSOLE MOIN,LOVE STORY (II) (Break time)
PARDONNEZ-MOI SEIGNEUR,DIFFICILE PAS BONHEUR,AU CREUX DE TES SEINS
SI,UNE FEMME EN DÉTRESSE,CE N' EST QU'UN AU REVOIR

Photographe: Jn-C. LEVEILLE ,Ingénieur du son: S. G. DUVIELLA
Producteur: G. RAPHAËL ,Distributeur: GERONIMO RECORDS-(Volume 8)

Mano Radio Caraïbes

http://manoretro.unblog.fr/  
http://emission.unblog.fr/  
martel.loutoby@orange.fr  
http://fr-fr.facebook.com/  
http://www.manoretro.com
http://ww.manoradiocaraibes.com
Portable:0696919145
JOE JACK
Mano Radio Caraïbes
Emission "Le Bon Exemple"
Invité: Joe Jack

live rci-1993
Vol:01
01-emission_creole_avec_joe_jack-mano_rci-vol.01
Joe Jack
Mano Radio Caraïbes
Emission "Le Bon Exemple"
Invité: Joe Jack
live rci-1993
Vol:02
02-emission_creole_avec_joe_jack-mano_rci-vol.02.
JEO JACK
 
 
Vign_163954-crooner-origine-haitienne-joe-jack
Publié le 19 avril 2010 à 08h12 | Mis à jour le 19 avril 2010 à 08h14


Joe Jack : «En Haïti, on me considérait comme un extraterrestre»
---------------------------------------------------------------------------
Le crooner d'origine haïtienne Joe Jack, bientôt 74 ans, vient de faire paraître sa biographie chez Mémoire d'encrier. «J'avais le désir d'expliquer mon parcours. J'avais un désir d'être missionnaire. Je voulais montrer que les non-voyants ont les mêmes capacités que tout le monde. Que nous sommes des êtres à part entière.»

Photo: Ivanoh Demers, La Presse


------------------------------------------------
Jean-Christophe Laurence
La Presse



Il a connu les nuits chaudes de Port-au-Prince. Joué devant mille personnes à New York. Enregistré une bonne demi-douzaine de disques et connu pas mal de succès comme chanteur de pomme et homme à femmes.


Les Haïtiens d'une certaine génération le connaissent. Mais au Québec, il est presque inconnu, et ce, même s'il vit à Montréal depuis le milieu des années 80. Il aura fallu son autobiographie (L'aveugle aux mille visages), publiée récemment chez Mémoire d'encrier, pour que le nom de Joe Jack se rende jusqu'à nos petites oreilles blanches.


À bientôt 74 ans, l'ancien musicien avait envie de raconter sa vie. Non pas sa vie de chanteur de charme, qu'il considère comme secondaire, mais sa vie d'aveugle, qu'il vit depuis la naissance. «J'avais le désir d'expliquer mon parcours, dit l'ancien crooner, rencontré dans son modeste appartement de Montréal-Nord. J'avais un désir d'être missionnaire. Je voulais montrer que les non-voyants ont les mêmes capacités que tout le monde. Que nous sommes des êtres à part entière.»

Joe Jack a manifestement souffert de sa différence. Figé dans son divan, regard pointé vers l'avant, la main droite peu mobile (cadeau d'un AVC qui l'a terrassé en 2004), il évoque sa jeunesse difficile aux Gonaïves, à une époque où les aveugles étaient systématiquement rejetés, parfois même par leur propre famille.


«Être handicapé visuel, ce n'est pas de la petite bière, explique-t-il. Surtout quand on vient d'un pays sous-développé. En Haïti, on nous considère comme des extraterrestres. Moi, on ne m'invitait nulle part. Dans les pique-niques, je ne servais à rien. Comme je ne pouvais pas avoir les mêmes distractions que les jeunes de mon âge, je restais souvent seul à ne rien faire.»

C'est pour briser l'isolement et «faire sa place au soleil», dit-il, qu'il a choisi la voie musicale. Très vite, le jeune homme s'est rendu compte que son accordéon et sa voix de miel lui permettraient «d'établir des ponts avec les autres», mais aussi de séduire les femmes, une de ses grandes obsessions. Pas étonnant qu'il ait opté pour la chanson de charme, un style tout en douceur qu'il cultivera toute sa carrière.

Le sommet, la clandestinité

Dans les années 70, Joe Jack avait la cote. Avec l'assouplissement de la dictature, la scène musicale de Port-au-Prince vibrait fort. Les contrats abondaient pour le crooner-accordéoniste, qui se produisait régulièrement dans les hôtels et les boîtes huppées de la capitale.

L'ex-musicien n'hésite pas à dire que ce furent là les plus belles années de sa vie. Une période faste, qui culminera avec un spectacle donné devant 1500 personnes au Coconut Grove de New York, où il prendra conscience de sa popularité à l'extérieur d'Haïti.

Cette percée nord-américaine le mène inévitablement à Montréal, où la communauté haïtienne est nombreuse. Mais sa visite, qui devait être temporaire, durera plus longtemps que prévu...

De 1984 à 1992, l'histoire de Joe Jack devient celle d'un immigrant clandestin. De coups foireux en manque d'argent, de malchances en dépression, le musicien étire son séjour dans l'ombre. Sans instruments (il s'est tout fait voler) et sans permis de travail, il cesse de se produire, sinon que dans des soirées privées pas toujours bien payées.

«Pour moi, c'est un peu là que ça s'est arrêté», dit-il.

Ce n'est pas faute d'avoir tenté un retour. Mais en 1992, devenu résident permanent, Joe Jack sent bien qu'il n'est plus dans le coup. «Les clubs fermaient. Les histoires de gangs commençaient, alors les gens ne sortaient plus. J'avais l'impression d'être passé de mode.»

Les années qui suivent, c'est surtout devant son ordinateur qu'il les passera. Habitué depuis son tout jeune âge à la dactylo, le musicien n'a pas de peine à se retrouver face à ce nouveau genre de clavier. C'est d'ailleurs ainsi qu'il a écrit son livre, devinant chaque frappe comme s'il s'agissait d'une note.

Et aujourd'hui? «Je ne fais que me cultiver», raconte ce grand amateur de science et d'électronique, qui partage sa vie depuis 25 ans avec une Québécoise «de souche». Guéri de ses angoisses et de sa tendance dépressive («je l'ai fait seul, sans pilules»), il a définitivement tourné le dos à sa carrière musicale. Ce qui ne l'empêche pas de tâter de son nouveau synthétiseur, un monstre numérique extrêmement complexe qu'il est parvenu à maîtriser, en dépit de sa cécité et de sa paralysie partielle.

«Je n'ai plus l'usage de ma main droite comme avant. Mais je peux jouer encore. Je suis devenu spécialiste du séquençage. Je préprogramme mes chansons en entrant les notes une par une. Ça ne veut pas dire que je veux faire un retour. Pas à mon âge. Avant, je pouvais passer mes nuits à jouer. Mais là, je me fatigue vite...»

SOURCE :Article de Jean-Christophe Laurence
pour en savoir plus Cliqué ICI 

http://www.cyberpresse.ca/arts/musique/201004/19/01-4271847-joe-jack-en-haiti-on-me-considerait-comme-un-extraterrestre.php




 

vign_1

vign_2

vign_3

vign_4

vign_5

vign_7

vign_8

vign_9

vign_11
 

vign_joejack08

vign_joe-2

vign_jeo

vign_13

vign_1

vign_2

vign_6

vign_11

vign_12

vign_5
 
Vign_1
 
Vign_2
 
Vign_3
 
Vign_4
 
Vign_5
 
Vign_7
 
Vign_6
 
Vign_8
 
Vign_9
 
Vign_10
 
Vign_11
 
Vign_12
 
Vign_13
 
Vign_1
 
Vign_joe-2
 
Vign_joejack08
© 2010
Créer un site avec WebSelf