NOU KA SONJÉ
LAURENT LORODE
Vign_okok-2

Laurent Larode : « J'ai nourri le patrimoine culturel de mon pays »

France-Antilles -Martinique28.02.2012

Au début des années soixante, Laurent Larode a émergé sur la scène de la chanson grâce aux compositions de Fernand Donatien. Il s'est éteint dimanche 26 février. Nous republions aujourd'hui la rubrique « Grand témoin » dans laquelle il s'exprimait le 2 décembre 2009. Une veillée aura lieu ce soir à l'Atrium, de 18 à 23 heures, en hommage au chanteur. Ses obsèques auront lieu mercredi à 15 heures à l'église de Rivière-Salée, avant l'inhumation à Ducos.
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Entretien : Adams Kwateh et Mélinda Boulai France-Antilles Martinique 02.12.2009


(Fernand Bibas) Au début des années soixante, il a émergé sur la scène de la chanson grâce aux compositions de Fernand Donatien. Confession d'un homme discret.

Comment êtes-vous venu à la musique ?

J'ai été conçu dans un milieu où je n'avais pas d'autre issue que par la chanson. Mon père, Ernest Larode, jouait la batterie dans le groupe Harmony Kings avec les frères Charlery, Rio Sommier, entre autres. A l'époque, les orchestres étaient composés de nombreux musiciens. Des formations semblables aux big-bands. C'étaient d'excellents musiciens qui jouaient le jazz, la variété ou le fox, une musique venue des pays anglophones. Mon père chantait aussi. Il avait une très belle voix. J'ai eu la grande chance de baigner dans ce milieu depuis ma naissance. D'ailleurs, Sully Londas qui m'a vu grandir, avait dit une fois sur les antennes d'une radio : « Laurent Larode a chanté pour lui-même le jour de son baptême » . Preuve que je suis venu à la chanson très tôt.
Vous êtes monté sur scène très tôt alors ?
A 14 ans, l'occasion m'avait été donnée de chanter au sein de la chorale de Paulette Nardal. Elle avait fondé une chorale qui interprétait des negro-spirituals. Pour la première fois, nous chantions en anglais. Quel épanouissement! Madame Nardal était cultivée, soucieuse de former les jeunes et de transmettre son savoir-faire. Elle nous a mis sur la voie. Dans son salon, situé rue Schoel- cher, le tambour cohabitait avec le piano. Les deux instruments avaient la même valeur pour elle. Elle nous a transmis cette double culture. Une grande dame qui avait eu les honneurs du monde entier. Je lui dois beaucoup.
Y avait-il d'autres conditions qui ont favorisé votre épanouissement artistique ?
Nous pratiquions beaucoup de sports : football, volley-ball et d'autres disciplines. Le quotidien pour nous était partagé entre les activités sportives et les créations artistiques. Le but était clair pour chacun de nous : atteindre un développement tout à fait naturel et harmonieux.Nous nous retrouvions également dans des compétitions culturelles, par exemple les concours de la chanson créole. Mes premiers succès sont venus de là, alors que j'étais encore au lycée.
Vous aviez fait la danse aussi...
Oui! Le groupe folklorique de la Martinique m'a accueilli très tôt en son sein. Là aussi, les aînés nous ont accompagnés et facilité le travail. Cette formation était un conservatoire, au sens pratique du terme. Car nous y étions formés à la danse, au chant et au théâtre. Nous étions valorisés pour notre capacité à interpréter le répertoire de notre pays, notamment la mazurka qu'il fallait savoir bien danser et chanter.
L'expression culturelle était présente partout ?
Il y avait la fête spontanément sur toutes les places publiques. Nous chantions sérénades et aubades lors des anniversaires ou de diverses célébrations. Je dirais que la ville de Fort-de-France était une grande scène où les gens rivalisaient en écriture de chanson. Tout incitait la jeunesse à la polyvalence. Par exemple, avec Paulette Nardal, nous assurions nous-mêmes la décoration du Ciné-théâtre. On vendait les billets aussi. En résumé, l'organisation du spectacle nous revenait de bout en bout.J'ai hérité d'un bon bagage culturel, car ma carrière a été faite de multiples rencontres les unes plus importantes que les autres. Je peux citer Anderson Bagoé, Franck Donatien ou l'Américain Ronne Aul. Avec lui, j'ai fait du théâtre dans un spectacle monté par ce grand chorégraphe qui avait apporté un souffle nouveau à notre folklore. Grâce à lui, nous avons joué « L'île heureuse » au Palais des congrès à Paris.
Vous étiez aussi enseignant...
L'enseignement m'a ouvert des portes, car je ne pouvais pas vivre de la musique. Je me réjouis d'avoir pu cheminer entre l'enseignement et l'art. J'ai commencé à enseigner au Gros-Morne, à une époque où personne ne voulait aller en commune. Je ne regrette nullement cette expérience dans le milieu rural qui m'a formé au contact avec les autres. Et puis, les conditions dans lesquelles je travaillais étaient bonnes. C'était l'époque où les notions de solidarité et de valeurs familiales, étaient mises en avant. Le maître d'école enseignait le sens de la vie. En fait, je ne faisais que transmettre aux enfants ce que j'ai reçu moi-même durant ma scolarité.
Cela dit, enseigner le jour et divertir le soir a dû être pesant ?
Je concevais tout cela comme une double transmission. aux plus jeunes enfants, j'enseignais les fondamentaux à savoir lire et écrire ; aux plus grands, j'interprétais les textes écrits par des hommes talentueux. C'était une double vocation valorisante pour moi et mon pays. Fernand Donatien a dit un jour : « Laurent a deux vécus » .
Justement, vous avez popularisé ses textes...
Donatien était l'un des plus grands compositeurs de notre temps. Il est l'auteur de Es ou sonjè ? et Vyé Fwè mwen, deux morceaux qui m'ont propulsé, à l'issue d'un concours de la chanson créole au Ciné-théâtre. C'était au début des années 1960, une époque où il y avait une haute tension politique et sociale. Ces chansons traitaient justement des faits politiques.Comme beaucoup de jeunes de ma génération, je n'étais pas du tout politisé. La grande figure du militantisme était Léon Sainte-Rose qui enseignait déjà. D'ailleurs, les policiers sont venus l'arrêter devant ses élèves.
Les textes politiques de Donatien n'ont pas eu de répercussion sociale ?
Ils sont très vite devenus une partie importante de notre répertoire. C'est la preuve qu'il y avait une réelle prise de conscience dans le pays. Les événements de l'OJAM illustraient parfaitement les tensions politiques et sociales qui existaient chez nous. Au moment où je chantais les textes de Donatien, la population vivait dans la crainte de nouveaux troubles. N'empêche, les textes avaient été repris par tous, comme des messages de ralliement. Aujourd'hui, ils font partie du patrimoine musical.
Vous considériez-vous comme une vedette ?
Ce sont les autres qui décident du statut des hommes de scène. Pour ma part, je pense que j'ai nourri le patrimoine culturel de mon pays. C'est la mission que je m'étais fixée. Ainsi, tout en continuant à interpréter les compositions de Donatien, j'évoluais au sein de l'orchestre Stardust, avec lequel j'avais produit un disque. En même temps, je me produisais au Manoir avec l'orchestre de Barel Coppet et de Pierre Rassin. C'était un haut lieu de la diffusion culturelle. Le Manoir était notre seul cabaret à la couleur antillaise.
Demanderiez-vous un devoir de mémoire pour les précurseurs de la musique martiniquaise ?
Je me réjouis de voir l'attachement des Martiniquais à perpétuer la mémoire de ceux qui ont oeuvré pour la valorisation de leur identité. Je pense à Aimé Césaire et tous les hommes de lettres et les créateurs martiniquais. Je suis fier aussi du respect que la population témoigne pour les chemins tracés par les grands noms de la musique. Cependant, je pense que pour mieux remplir le travail de mémoire, il faudra encore poursuivre avec acharnement la collecte et l'enregistrement de notre patrimoine musical.
Et que pensez-vous de l'évolution de notre musique ?
Je redeviens confiant après une longue période de doute. Finalement, je constate que tout n'est pas perdu. Il y a des compositions honorables qui font surface très souvent. Je suis aussi honoré de voir que de temps à autre, des compositeurs m'appellent pour demander mon avis sur des textes. C'est toujours un réel plaisir pour moi d'entendre de beaux textes écrits sur la Martinique. Sans être chauvin, ni complaisant, je pense que mes compatriotes sont à même de travailler pour leur pays. C'est d'autant plus important que nous traversons une époque difficile. Nous pouvons espérer le retour de la confiance, à la seule condition de savoir explorer toutes les pistes qui se présentent à nous.
Vous êtes optimiste pour l'avenir ?
Il faut être optimiste, sinon c'est la chute. Dans la conjoncture actuelle, j'apprécie beaucoup la témérité d'Elie Domota. Cela me ramène à l'OJAM, c'est-à-dire l'époque où se présentait le besoin de transformer la société.
Qu'auriez-vous fait si vous n'aviez pas fait la musique ?
Du sport. C'est un moyen de renforcer le mental dans un corps sain. C'est la raison pour laquelle, les danses de rue m'inspirent. Je trouve cette forme d'expression très généreuse.-
IMAGE - L'enchantement sur scène
La voix de Laurent Larode a traversé la moitié du XXe siècle. Parmi les lieux célèbres qui ont accueilli ses prestations, il y a eu le Manoir, un temple de la musique où tous les grands de la musique se donnaient rendez-vous. Avec élégance, simplicité et calme, le chanteur entraînait le public dans les plus beaux registres de la mazurka créole. 

PORTRAIT - Le beau timide et la bête... de scène
« Je n'ai jamais été très démonstratif, sauf quand il s'agit de chanter, alors là, c'est la transformation... » . Laurent Larode est un peu comme le « Dr Jekyl » , il cache une double personnalité. Lui si calme, si paisible, cache derrière cette grande serénité, une voix et une présence scénique extraordinaire.
Comment pouvait-il échapper à son destin ? Avec un père batteur et chanteur, le célèbre Ernest Larode, Laurent est contaminé par le virus de la musique dès son plus jeune âge. Son père adore, mais sa mère, elle, déteste : « Elle avait cela en horreur. C'est la musique qui faisait partir mon père, et voir son fils suivre le même chemin, ce n'était pas possible » , confie-t-il.
Mais Laurent aime chanter, du matin au soir, il pousse la chansonnette. À douze ans, il remporte le premier prix d'un concours de la chanson créole. Il rejoint ensuite le groupe folklorique martiniquais, et aussi le groupe de son père Harmony Kings. Sa voix est loin de laisser insensible, mais le jeune chanteur ne se doute pas une seconde du fabuleux destin qui l'attend.
« J'étais en seconde quand j'ai rencontré Paulette Nardal. Une dame merveilleuse. Cette grande dame a joué un grand rôle dans ma carrière musicale. Je lui dois beaucoup » expose-t-il.
Le regard qui s'illumine, il se met à fredonner une chanson : « Kan ou lwen, lwen, lwen la Matnik, kan ou an Fwans épi sé béké fwans la, an ni sonjé : an swè asou la wout balata, an ti boutik anba an pyé-mango... C'est un poème de Gilbert Gratiant qui a été mis en musique. Je l'ai chanté au son du tambour et accompagné au piano par Paulette elle-même » , lance-t-il fièrement. Et un ami de longue date de surenchérir : « C'est l'une des plus belles voix des Antilles » . Une voix qui a résonné aux quatre coins de la Martinique. Avec Anderson Bagoé dont il a interprété les morceaux, et surtout avec les oeuvres de Fernand Donatien avec lesquelles il a remporté un énorme succès.
Nous sommes en 1961. Laurent Larode a tout juste 24 ans quand Donatien lui propose de devenir son interprète. « Il m'a confié ses chansons tout naturellement. Il disait souvent de moi que j'avais un vécu quand je chantais. Comment expliquer cela ? J'avais l'impression qu'il composait pour moi, ses chansons me parlaient, je sentais les choses au fond de moi » , explique-t-il.
Le tandem Donatien-Larode venait de voir le jour. Et le succès qu'on leur connaît avec les tubes : « Vié frè mwen » , « Es ou sonjé » , « Faut déclarer » ... À chaque fois que le jeune Larode se produisait sur scène, c'était l'euphorie. « Les gens m'arrêtaient dans la rue pour me demander des autographes » . Un succès dont il ne se laissera jamais griser. Le Ciné théatre, le Manoir... Autant de scènes que le chanteur foulera et comblera de bonheur.
À cette époque, pas question de vivre de la chanson. Alors Laurent conjugue les études et la musique. Élève studieux et passionné, il décide tout naturellement d'embrasser la carrière d'enseignant. « Il était un professeur sévère, mais juste » , se rappelle l'une de ses élèves de Morne-Capot. De monsieur Larode, tout le monde garde un bon souvenir : « un homme passionné, attentif, soucieux de la réussite de ses élèves, qui transmettait en plus du savoir, la morale » . Instituteur dans les campagnes reculées de la Martinique, il s'investira totalement envers les élèves en difficulté. Sans jamais négliger la chanson.
Larode interprète les compostitions de Claude Confiant. II anime aussi les soirées du cabaret « le Manoir » , que dirige le tromboniste Pierre Rassin, aux côtés de Paul Julvecourt et de Barel Coppet. Sa popularité ne cesse de grimper en flèche. Auteur, il l'est également. Mais trop timide pour publier ses oeuvres et les faire écouter. Jusqu'à ce jour, personne ne les a vues.
Depuis plus de quinze ans maintenant, Laurent Larode vit loin des projecteurs. Il a quitté son Fort-de-France natal pour une campagne paisible à Rivière-Salée, où il s'est installé. La ville, et la fête lui manquent. Mais les souvenirs de cette belle époque restent bien vivaces.-

BIO-EXPRESS
 
Il naît le 2 mai 1937 à Fort-de-France.
En 1942, il entre à l'école primaire La Maîtrise à Fort-de-France, puis au cours complémentaire aux Terres-Sainville. En 1953 : entrée au Lycée Schoelcher.
A 14 ans, il chante des negro-spirituals dans la chorale fondée par Paulette Nardal. A 17 ans, il reçoit pour la première fois, le Prix de la chanson créole avec des textes de Fernand Donatien.
En 1963, il se produit au Palais des congrès à Paris.
En 1954, il devient enseignant dans le primaire, puis au collège où il est spécialisé dans le suivi des élèves en difficulté scolaire.
En 1997, il prend sa retraite de l'Education nationale.

SOURCE : --- Entretien : Adams Kwateh et Mélinda Boulai France-Antilles Martinique 02.12.2009
 Pour en savoir plus cliqué ICI
  http://www.martinique.franceantilles.fr/actualite/une/laurent-larode-j-ai-nourri-le-patrimoine-culturel-de-mon-pays-28-02-2012-146670.php
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 
 
 
 
LAURENT LARODE
Vign_ok-26
Laurent LARODE

FiLs du céLèbre batteur et chanteur Ernest Larode, Laurent Larode qui naît à Fort de France en 1937, est très vite mis au contact du monde musical. Certains soir, avec ses soeurs, il apprend ses Leçons en chantonnant. Malheureusement instruite par son experience avec son père, sou vent absent de La cellule familiale, la mère de Laurent refuse a son fils un avenir musical. Sauf peut ­être s'il s'agit de musique classique, et donc d'une possibiLité de s'élever dans l'é­chelle sociale des valeurs occidentales. Mais gagné par Ie virus de la musique, et soutenu par son père, Ie jeune Laurent persévère, tout en effectuant une très bonne scolarite. Talentueux, il remporte à douze ans Ie premier prix d'un concours de la chanson créole, a Terres-Sainville a Fort de France. il rejoint alors Le groupe folklorique martiniquais, et par la-même son pere, dont il renforce I' equipe de chanteurs. Ce passage dans le groupe sera pour Ie jeune Laurent L'occasion d'un excellent apprentissage
musical. Alo
rs qu'il est au lycée, il intègre la choraLe “Joie de Chanter”, et que dirige Paulette NardaL, et s'initie ainsi au negro-spiritual. II participe egalement a divers concours de chanson creéole avec des oeuvres d' Anderson Bagoé. à cette époque il est d'usage de retransmettre Ie dimanche matin tous Ies succès du carnaval, depuis un kiosque de La Savane, a Fort de France. En 1961, it rencontre l'auteur-compositeur Fernand Donatien, qui lui demande de devenir son interprete. C' est a ce moment que naît Ie tandem “Laurent Larode-Fernand Donatien”. Leur discographie temoigne de cette periode : “Est-ce ou songé”, “Faut déclaré”, “Vieux frè moin”, Sont quelques uns de leur enregistre­ments, regulièrement primés lors des différents concours de la Martiniqne. Evoluant toujours ensemble, les deux complices donneront naissance à l'orchestre STARDUST, qui fera danser toute la Martinique
Tout en poursuivant ses études,il devient enseignant,Laurent Larode in terptète les compositions de Claude Confiant (le titre " la Jènesse Fod-France",fut un 45 tours au succès mémorable).il fait aussi les belles soirées du cabaret le Manoir,que dirige le Tromboniste Pierre Rassin,aux Côtés de Paul Julvécourt et de Barel Coppet.la popularité de Laurent Larode gagnera à ce passage en cabaret,le public appréciant ce chanteur qui interprète aussi bien la variété Française que la musique typique
C'est aussi encore l'époque des sérénades,un genre qu'apprécie Laurent Larode et qui raconte qu'un soir à la rue du Lavoir à Fort-de-France,il donnait une sérénade pour une personne habitant dans une impasse.A la seconde romance,la fenêtre d'un voisin s'ouvre violemment,et celui qu'ils prirent pour un homme lance un terrible juron.Au lieu de la panique attendue ce fut un éclat de rire général; tous venaient de reconnaître à cette même fenêtre,une dame de la bonne société foyalaise.

POUR EN SAVOIR PLUS
CLIQUE ICI
Bienvenue sur le site de Sully CallySully Cally Production
http://www.sully-cally.com/conditions.php
LARODE ET JULVECOURT
 
 
 
 
 
 
 
 
MANO RCI-BAL DANCING PALACE-1993-LIVE-01
STARDUST -VONVON
STARDUST
STARDUST
STARDUST
STARDUST
FERNAND DONATIEN
STARDUST
LAURENT LARODE MERCI

vign_3

vign_4

vign_5

vign_7

vign_9

vign_10

vign_14

vign_15

vign_6

vign_18
LAURENT LARODE-MERCI

vign_500

vign_400

vign_600

vign_20

vign_403749143_c4d7795f41

vign_18

vign_2

vign_14

vign_200

vign_300
LAURENT LARODE - MERCI
 
Vign_146541_j-apprecie-beaucoup-dsc-0-copie_164x123p
NECROLOGIE

Décès du chanteur Laurent Larode

franceantilles.fr27.02.2012
 -----

Nous publierons dans notre édition de demain mardi, le « Grand Témoin » que nous avions réalisé avec Laurent Larode en décembre 2009. - F.B

Le chanteur de musique populaire Laurent Larode est décédé hier à l'âge de 75 ans. Il avait interprété les plus belles chansons du patrimoine musical et folklorique de la Martinique.

Né le 2 mai 1937 à Fort-de-France. Laurent Larode avait été hospitalisé ces derniers jours, son état de santé, conséquence d'une grave maladie s'étant dégradée.
Instituteur de profession, Laurent Larode, chanteur passionné s'était très tôt fait remarquer par les compositeurs. A 14 ans, il chante les Negro-spirituals dans la chorale fondée par Paulette Nardal. A 17 ans, il reçoit pour la première fois, le prix de la chanson créole avec des textes de Fernand Donatien et commence sa carrière d'instituteur.
Son père, Ernest Larode, était également un musicien (batteur) et un chanteur de grande qualité qui évoluait notamment au sein du groupe Harmony Kings.
Laurent Larode a interprété les morceaux des plus grands compositeurs de l'époque comme Paulette Nardal, Claude Confiant, Anderson Bagoé et surtout Fernand Donatien dont il était quasiment l'interprète attitré et avec lesquelles, il remporta ses plus grands succès. Parmi les morceaux de choix du tandem Donatien-Larode, on peut citer : « Vié frè mwen », « Es ou sonjé », « Faut déclarer »...
Il se produire sur toutes les scène de l'époque (Ciné Théâtre, Olympia, Saint-Pierre et les différents cabarets (Le Manoir notamment) en compagnie des musiciens vedettes (Rassin, Coppet, Julvécourt, Neil Lancry, Ballustre… et d'autres). En 1963, un grand moment de sa carrière fut sa prestation au Palais des congrès à Paris.
Parallèlement à ses activités d'artiste populaire, Laurent Larode, poursuivait sans relâche sa carrière d'instituteur. En poste notamment dans les campagnes reculées de la Martinique, il s'investira totalement envers les élèves et particulièrement les élèves en difficulté.
Après 43 années passées dans l'Education Nationale, il prendra sa retraite en 1997 à l'âge de 60 ans.
Nous publierons dans notre édition de demain mardi, le « Grand Témoin » que nous avions réalisé avec Laurent Larode en décembre 2009.
SOURCE  ARTICLE DE---franceantilles.fr27.02.2012
Pour en Savoir plus Cliqué ICI
http://www.martinique.franceantilles.fr/actualite/societe/deces-du-chanteur-laurent-larode-27-02-2012-146541.php


LAURENT LARODE-VOL-01
MANO RADIO CARAÏBES
HOMMAGE à LAURENT LARODE
RCI-1999
VOL.01
POUR ECOUTEZ : Cliqué Ici
mano_retro-invite_laurent_larode-vol.01
LAURENT LARODE-VOL-02
MANO RADIO CARAÏBES
HOMMAGE à LAURENT LARODE
RCI-1999
VOL.02
POUR ECOUTEZ : Cliqué Ici
mano_retro-invite_laurent_larode-vol.02
LAURENT LARODE-VOL-03
MANO RADIO CARAÏBES
HOMMAGE à LAURENT LARODE
RCI-1999
VOL.03
POUR ECOUTEZ : Cliqué Ici
mano_retro-invite_laurent_larode-vol.03
LAURENT LARODE-VOL-04
MANO RADIO CARAÏBES
HOMMAGE à LAURENT LARODE
RCI-1999
VOL.04
POUR ECOUTEZ : Cliqué Ici
mano_retro-invite_laurent_larode-vol.04
LAURENT LARODE-VOL-05
MANO RADIO CARAÏBES
HOMMAGE à LAURENT LARODE
RCI-1999
VOL.05
POUR ECOUTEZ : Cliqué Ici
mano_retro-invite_laurent_larode-vol.05
LAURENT LARODE
MANO RADIO CARAÏBES
HOMMAGE à LAURENT LARODE
RCI-1999
VOL.06
POUR ECOUTEZ : Cliqué Ici
mano_retro-invite_laurent_larode-vol.06
France-Antilles Martinique
Vign_d54b92d8c3c262e2984992413b71b89e


France-Antilles Martinique 28.02.2012



PORTRAIT : Le beau timide et la bête... de scène



« Je n'ai jamais été très démonstratif, sauf quand il s'agit de chanter, alors là, c'est la transformation... » . Laurent Larode est un peu comme le « Dr Jekyl » , il cache une double personnalité. Lui si calme, si paisible, cache derrière cette grande serénité, une voix et une présence scénique extraordinaire.

Comment pouvait-il échapper à son destin ? Avec un père batteur et chanteur, le célèbre Ernest Larode, Laurent est contaminé par le virus de la musique dès son plus jeune âge. Son père adore, mais sa mère, elle, déteste : « Elle avait cela en horreur. C'est la musique qui faisait partir mon père, et voir son fils suivre le même chemin, ce n'était pas possible » , confie-t-il.

Mais Laurent aime chanter, du matin au soir, il pousse la chansonnette. À douze ans, il remporte Ie premier prix d'un concours de la chanson créole. Il rejoint ensuite le groupe folklorique martiniquais, et aussi le groupe de son père Harmony Kings. Sa voix est loin de laisser insensible, mais le jeune chanteur ne se doute pas une seconde du fabuleux destin qui l'attend.

« J'étais en seconde quand j'ai rencontré Paulette Nardal. Une dame merveilleuse. Cette grande dame a joué un grand rôle dans ma carrière musicale. Je lui dois beaucoup » expose-t-il.

Le regard qui s'illumine, il se met à fredonner une chanson : « Kan ou lwen, lwen, lwen la Matnik, kan ou an Fwans épi sé béké fwans la, an ni sonjé : an swè asou la wout balata, an ti boutik anba an pyé-mango... C'est un poème de Gilbert Gratiant qui a été mis en musique. Je l'ai chanté au son du tambour et accompagné au piano par Paulette elle-même » , lance-t-il fièrement. En 1961. Laurent Larode a tout juste 24 ans quand Donatien lui propose de devenir son interprète. « Il m'a confié ses chansons tout naturellement. Il disait souvent de moi que j'avais un vécu quand je chantais. Comment expliquer cela ? J'avais l'impression qu'il composait pour moi, ses chansons me parlaient, je sentais les choses au fond de moi » , explique-t-il.

UNE POPULARITÉ QUI NE CESSERA DE GRIMPER

Le tandem Donatien-Larode venait de voir le jour. Et le succès qu'on leur connaît avec les tubes : « Vié frè mwen » , « Es ou sonjé » , « Faut déclarer » ...

À chaque fois que le jeune Larode se produisait sur scène, c'était l'euphorie. « Les gens m'arrêtaient dans la rue pour me demander des autographes » . Un succès dont il ne se laissera jamais griser. Le Ciné théatre, le Manoir... Autant de scènes que le chanteur foulera et comblera de bonheur. À cette époque, pas question de vivre de la chanson. Alors Laurent conjugue les études et la musique. Élève studieux et passionné, il décide tout naturellement d'embrasser la carrière d'enseignant. « Il était un professeur sévère, mais juste » , se rappelle l'une de ses élèves de Morne-Capot. De monsieur Larode, tout le monde garde un bon souvenir : « un homme passionné, attentif, soucieux de la réussite de ses élèves, qui transmettait en plus du savoir, la morale » . Instituteur dans les campagnes reculées de la Martinique, il s'investira totalement envers les élèves en difficulté. Sans jamais négliger la chanson.


- L'admiration pour les gens de mon pays


COUP DE GUEULE - silence... « Je n'en ai pas »


- Que la faim disparaisse sur terre

Entretien Adams Kwateh et melinda Boulai (Fernand Bibas)
Sylviane Biron
Vign_180001_10150107570422449_551967448_6385923_5879251_n
Né le 2 mai 1937 à Fort-de-France. Laurent Larode avait été hospitalisé ces derniers jours, son état de santé, conséquence d'une grave maladie s'étant dégradée.
Instituteur de profession, Laurent Larode, chanteur passionné s'était très tôt fait remarquer par les compositeurs. A 14 ans, il chante les Negro-spirituals dans la chorale fondée par Paulette Nardal. A 17 ans, il reçoit pour la première fois, le prix de la chanson créole avec des textes de Fernand Donatien et commence sa carrière d'instituteur.
Son père, Ernest Larode, était également un musicien (batteur) et un chanteur de grande qualité qui évoluait notamment au sein du groupe Harmony Kings.
Laurent Larode a interprété les morceaux des plus grands compositeurs de l'époque comme Paulette Nardal, Claude Confiant, Anderson Bagoé et surtout Fernand Donatien dont il était quasiment l'interprète attitré et avec lesquelles, il remporta ses plus grands succès. Parmi les morceaux de choix du tandem Donatien-Larode, on peut citer : « Vié frè mwen », « Es ou sonjé », « Faut déclarer »...
Il se produire sur toutes les scène de l'époque (Ciné Théâtre, Olympia, Saint-Pierre et les différents cabarets (Le Manoir notamment) en compagnie des musiciens vedettes (Rassin, Coppet, Julvécourt, Neil Lancry, Ballustre… et d'autres). En 1963, un grand moment de sa carrière fut sa prestation au Palais des congrès à Paris.
Parallèlement à ses activités d'artiste populaire, Laurent Larode, poursuivait sans relâche sa carrière d'instituteur. En poste notamment dans les campagnes reculées de la Martinique, il s'investira totalement envers les élèves et particulièrement les élèves en difficulté.
Après 43 années passées dans l'Education Nationale, il prendra sa retraite en 1997 à l'âge de 60 ans.
Nous publierons dans notre édition de demain mardi, le « Grand Témoin » que nous avions réalisé avec Laurent Larode en décembre 2009.


 
Vign_france_antilles
NECROLOGIE

Décès du chanteur Laurent Larode

franceantilles.fr27.02.2012

Nous publierons dans notre édition de demain mardi, le « Grand Témoin » que nous avions réalisé avec Laurent Larode en décembre 2009. - F.B

Le chanteur de musique populaire Laurent Larode est décédé hier à l'âge de 75 ans. Il avait interprété les plus belles chansons du patrimoine musical et folklorique de la Martinique.
Né le 2 mai 1937 à Fort-de-France. Laurent Larode avait été hospitalisé ces derniers jours, son état de santé, conséquence d'une grave maladie s'étant dégradée.
Instituteur de profession, Laurent Larode, chanteur passionné s'était très tôt fait remarquer par les compositeurs. A 14 ans, il chante les Negro-spirituals dans la chorale fondée par Paulette Nardal. A 17 ans, il reçoit pour la première fois, le prix de la chanson créole avec des textes de Fernand Donatien et commence sa carrière d'instituteur.
Son père, Ernest Larode, était également un musicien (batteur) et un chanteur de grande qualité qui évoluait notamment au sein du groupe Harmony Kings.
Laurent Larode a interprété les morceaux des plus grands compositeurs de l'époque comme Paulette Nardal, Claude Confiant, Anderson Bagoé et surtout Fernand Donatien dont il était quasiment l'interprète attitré et avec lesquelles, il remporta ses plus grands succès. Parmi les morceaux de choix du tandem Donatien-Larode, on peut citer : « Vié frè mwen », « Es ou sonjé », « Faut déclarer »...
Il se produire sur toutes les scène de l'époque (Ciné Théâtre, Olympia, Saint-Pierre et les différents cabarets (Le Manoir notamment) en compagnie des musiciens vedettes (Rassin, Coppet, Julvécourt, Neil Lancry, Ballustre… et d'autres). En 1963, un grand moment de sa carrière fut sa prestation au Palais des congrès à Paris.
Parallèlement à ses activités d'artiste populaire, Laurent Larode, poursuivait sans relâche sa carrière d'instituteur. En poste notamment dans les campagnes reculées de la Martinique, il s'investira totalement envers les élèves et particulièrement les élèves en difficulté.
Après 43 années passées dans l'Education Nationale, il prendra sa retraite en 1997 à l'âge de 60 ans.
Nous publierons dans notre édition de demain mardi, le « Grand Témoin » que nous avions réalisé avec Laurent Larode en décembre 2009.
SOURCE :Article de franceantilles.fr-27.02.2012
Cliqué ICI

http://www.martinique.franceantilles.fr/actualite/societe/deces-du-chanteur-laurent-larode-27-02-2012-146541.php  
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 
Vign_8f6a69634af8737545a2926aabc28f62

RIVIÈRE-SALÉE

Laurent Larode inhumé cet après-midi

France-Antilles Martinique-29.02.2012
---------------------------------------------------------------------------------------------------------
Décédé dimanche à l'âge de 75 ans, le chanteur de musique populaire Laurent Larode sera porté à sa dernière demeure cet après-midi.

Les obsèques de celui qui a interprété les plus belles chansons du patrimoine musical et folklorique de la Martinique auront lieu cet après-midi en l'église de Rivière-Salée. À l'issue de la cérémonie religieuse, la dépouille sera portée en terre, à Ducos, là où se trouve le caveau familial.

Instituteur de profession, Laurent Larode s'était très tôt fait remarquer par plusieurs compositeurs. C'est à l'âge de 14 ans qu'il est repéré pour la première fois alors qu'il chante le negro-spiritual dans la chorale fondée par Paulette Nardal. Son premier prix de la chanson créole, il le décrochera à 17 ans en interprétant un texte de Fernand Donatien.

Par la suite, tout en menant de pair sa carrière d'instituteur, Laurent Larode a interprété les morceaux des plus grands compositeurs de l'époque comme Paulette Nardal, Claude Confiant, Anderson Bagoé et surtout Fernand Donatien, dont il était quasiment l'interprète attitré et avec lesquels, il remporta ses plus grands succès. Parmi les morceaux de choix du tandem Donatien-Larode, on peut citer : « Vié frè mwen » , « Es ou sonjé » , « Faut déclarer » ...

Après 43 années passées au sein de l'Éducation nationale, il avait pris sa retraite en 1997, à l'âge de 60 ans.


- RÉACTIONS

Quelques réactions sont parvenues à notre rédaction. Elles témoignent toutes de la reconnaissance de l'immense talent du disparu.

Serge Letchimy, président du Conseil régional

Le président du Conseil régional adresse ses condoléances à la famille de l'interprète, ses amis et l'ensemble du monde artistique qui perdent là, dit-il, un ardent défenseur de la musique antillaise.

Raymond Occolier, maire du Vauclin

Laurent Larode a été un musicien prolifique, à la voix d'or. Ses interprétations ont traversé le temps et resteront à tout jamais gravées dans la mémoire collective. Le monde de la musique martiniquaise a perdu l'un de ses plus illustres serviteurs.

Maurice Antiste, sénateur-maire du François

Il a eu à coeur de concilier, avec talent, enseignement et carrière artistique. Celle-ci, assumée avec passion, a contribué à son épanouissement au service de la valorisation de la chanson créole, composante appréciable du patrimoine du pays. Qu'il en soit vivement remercié.

Eugène Larcher, président de l'Espace Sud

Sa voix était reconnaissable entre toutes. Il était doté d'une étonnante capacité à donner une âme aux innombrables textes et mélodies qu'il a interprétés, singulièrement ceux de l'exceptionnel compositeur et parolier qu'était Fernand Donatien.

SOURCE : ARTICLE-France-Antilles Martinique-29.02.2012
Pour en savoir plus cliqué ICI
http://www.martinique.franceantilles.fr/regions/sud/laurent-larode-inhume-cet-apres-midi-29-02-2012-146832.php

 
Vign_aec261e89ab8d953b1b8a72fe80f225e
RIVIÈRE-SALÉE

Laurent Larode est entré dans la légende

G.J.M.F.France-Antilles Martinique-01.03.2012
-----------------------------------------------------
Hier, mercredi 29 février 2012, en l'église Saint Jean Baptiste de Rivière-Salée, une cérémonie funèbre lui a rendu un dernier hommage.




Il était l'homme des gens heureux, aujourd'hui il entre dans la légende. Sa famille, ses proches, ses amis, ses fans qui se rappellent avoir fait grincer les parquets des différentes paillotes de l'île ou l'avoir accompagné de leurs instruments étaient tous là unis dans la même peine. Une cérémonie digne de Laurent Larode devenu artiste grâce à sa présence sur la scène de la vie mais aussi par son engagement dans le partage du bien-être et pour le mieux vivre à travers sa musique et ses chansons. Tous sont restés muets et dignes pour lui rendre ce dernier hommage. C'est dans cette douce ambiance que la foule s'est recueillie autour de son cercueil pour le dernier adieu.

Qui ne se souvient de ces années soixante où ses amis et lui, tous animés par le même désir de faire oublier les chimères entonnaient les rythmes les plus endiablés. De la biguine à la mazurka sans oublier les quarts d'heure de charme qui unissaient les corps et les coeurs. À cette époque, le Bumidom faisait le vide parmi ses fans. Que de plaisirs quand, dans les foyers d'accueil de Paris, nous reprenions en choeur ses chansons imagées qui nous redonnaient un peu de cette chaleur perdue.

C'est cela les grands hommes qui marquent de leur empreinte leur passage sur cette terre. Quand un jour leur grand-livre se referme, leur talent s'éteint mais leur souvenir demeure à jamais. Il reposera désormais au cimetière de Ducos.
SOURCE : G.J.M.F.France-Antilles Martinique-01.03.2012
Cliqué ICI-------

http://www.martinique.franceantilles.fr/regions/sud/laurent-larode-est-entre-dans-la-legende-01-03-2012-146986.php  
 

vign_146541_j-apprecie-beaucoup-dsc-0-copie

vign_0a59c9b40239a97e7e35f3dd5d52e915

vign_aec261e89ab8d953b1b8a72fe80f225e

vign_aec261e89ab8d953b1b8a72fe80f225e

vign_deces_du_chanteur_laurent_larode

vign_ll

vign_sans-titre

vign_sans-titre
 

vign_caraibes

vign_0

vign_2

vign_3

vign_4

vign_5

vign_6

vign_8

vign_9

vign_400
LAURENT LARODE-MERCI
LAURENT LARODE - MERCI
 
 

vign_3

vign_4

vign_5

vign_14

vign_15

vign_18

vign_20

vign_laurent_larode

vign_uvs120725-023

vign_6
 

vign_vign_aec261e89ab8d953b1b8a72fe80f225e_ws55991132

vign_2

vign_0a59c9b40239a97e7e35f3dd5d52e915

vign_9

vign_444

vign_stardust-2-ok

vign_stardust-3-ok

vign_stardust-4-ok

vign_uvs120721-019

vign_uvs120725-023
 
 
 
 
 
 
 

vign_Laurent_Larode-1937-1994-

vign_07_ws55740977

vign_LAURENT-TCI

vign_Laurent_Larode-1937-2012--

vign_Laurent_Larode-1937-2012--A
 

vign_ORCHESTRE_STARDUST-1965

vign_LAURENT_LARODE-1994

vign_vign_stardust-2-ok_ws67401065

vign_Laurent_Larode-1937-2012----

vign_14_ws55721865
 
Vign_Laurent_Larode-1937-2012
 
Vign_18
 
Vign_3
 
Vign_114668407
 
Vign_114766795
 
Vign_ok-26
 
Vign_2
 
Vign_66
 
Vign_sans-titre
 
Vign_5
 
Vign_14
 
Vign_600
 
Vign_500
Bérange Anin
Vign_376324_2236404506390_1136287456_1896458_1316625173_n
YO KA PATI YON DèYè LOT ........... Mé FOK TRAVAY LA KONTINYé........................ OU Fè EN BEL TRAVAY MISSIé LARODE, MèSSI EN CHAY !!!!!!!!!
 
Vign_16532_100986893262701_100000541728397_24764_7727089_n
Gerald Therese RIP vié fwèw moin - Zot pati kité nou la pou fè an lot orkess en lè ya
 
Vign_273225_1145156536_6960210_n


Stephen-jean Holana


Je rappel de ce titre,ma grand mère m'avait placé sur son char,ou il jouait ce titre,en live que du bonheur,j'avais sept ans,le succès,le hit du moment merci MONSIEUR LARODE, pour ce souvenir de mon enfance !!!!!
 
Vign_273225_1145156536_6960210_n
Stephen-jean Holana Succès de carnaval :1962_ Gombos,Gombos!!! La veillée aura lieu ce mardi au centre culturel Aimée -Césaire à Fort-de France(Grand-Carbet)source​ "Officieux" Sully-Cally.
 
Vign_262299_103757833054230_100002600416108_27447_1177881_n
Gaetan Saxemard 
un grand homme s'en va ,poli gentil elegant
 
Vign_174037_100000355631293_1377199919_n
Gisele Ericher Que son voyage dans l'autre monde soit aussi beau que son passage sur terre. Il a su nous interpréter et nous faire vivre a travers la musique et sa voix des histoires inoubliables de notre patrimoine. Merci Laurent. Dommage que notre RV n'a pas pu être honorer. RIP
 
Vign_396509_3103093173591_1152064265_32702653_814337889_n

Manuela Euphrasie Marie Louise via Mano Loutoby

plus foss ba la famille, en décembre je l'avais trouvé fatigué mais la vie continue; bon voyage tonton laurent
LAURENT LARODE -MERCI
Vign_01
LAURENT LARODE -MERCI
Vign_04
LAURENT LARODE
Vign_05
LAURENT LARODE
Vign_09
LAURENT LARODE
Vign_07
LAURENT LARODE
Vign_18
 
Vign_370644_100000562205072_371026493_n
Hommage à un Grand! Laurent Larode. il s'est éteint hier à l'age de 75 ans. Après un autre grand monsieur René Cimper, la Martinique perd une autre de ses étoiles. Les médias rendent hommage à ces faiseurs de tubes et de patrimoine. Martinique 1ère aussi avec Fédérika dans le forum à 10h00!
 
Vign_146541_j-apprecie-beaucoup-dsc-0-copie_164x123p
NECROLOGIE - Décès du chanteur Laurent Larode



Le chanteur de musique populaire Laurent Larode est décédé hier à l'âge de 75 ans. Il avait interprété les plus belles chansons du patrimoine musical et folklorique de la Martinique.


SOURCE: -----de france antilles
http://www.martinique.franceantilles.fr/   
 
Vign_146541_j-apprecie-beaucoup-dsc-0-copie
 
Vign_157840_1470138567_800322225_n
Marie-Claude Mopsus bien Mano ! pour le travail accompli avec ces artistes ... nous avons des traces. Plis foss !
 
Vign_274544_100001345731346_1508808_n
Rosy Tical merci mano
 
Vign_downloaded_logo
Les depeches

Martinique : Décès de l'artiste Laurent Larode


Le chanteur Laurent Larode est décédé hier dimanche de ce qu'il est convenu d'appeler une longue maladie. Il avait 75 ans. Enseignant, Laurent Larode est venu très tôt à la musique initié par Ernest Larode, son père, également musicien. Un engouement pour la musique et notamment traditionnelle qui l'a amené à chanter les oeuvres des plus grands compositeurs de son époque. Laurent Larode était devenu l'interprète attitré de Fernand Donatien qui en avait fait un chanteur à succès. La Martinique perd en lui un de ses plus ardents défenseurs de la musique traditionnelle.

Dom-Hebdo adresse à ses parents et à ses proches ses plus sincères condoléances.

SOURCE : -

http://www.domhebdo.com/modules.php?name=accueil&id=3527&level=2&module_title=accueilxcxc2



 
Vign_uvs120227-009
 
Vign_uvs120227-004
 
Vign_865a240eff9ead60ffd82c10cb607ac8
(Fernand Bibas/archives France-Antilles)
Willy Vaudran
Vign_41669_1456626252_489028499_n
Willy Vaudran il fut mon professeur au college petit manoir au lamentin
Plancy Eustache
Vign_41467_1830253318_2882_n
Plancy Eustache Mr laurent merci pour ce privilège que j'ai eu ,à vous avoir comme voisin ,sur la route de la folie ,vôtre voix mélodieuse, et envoûtante, et chaleureuse, qui a bercé nôtre enfance,ainsi que toute une génération!!!!!!!!!!!!!!!!​!!!!!!!!!!!!!!
dimanche, à 15:06
Stephen-jean Holana
Vign_273225_1145156536_6960210_n
Stephen-jean Holana M. LAURENT LARODE homme très discret,et très humble et pourtant il avait un charme fous auprès de la gente féminine RESPECT MONSIEUR.ici,je présente mes condoléances a sa famille, douloureux la perte d'un être chers,de cette dimension,mais restons digne.
dimanche, à 18:20 ·
 
Vign_273225_1145156536_6960210_n


Stephen-jean Holana Merci MANO LOUTOBY pour le travail de mémoire,que tu fais,et les nombreux,archivages que tu nous propose gracieusement,afin de ne pas perdre notre identité;
dimanche, à 18:30 ·


Stephen-jean Holana Succès de carnaval :1962_ Gombos,Gombos!!! La veillée aura lieu ce mardi au centre culturel Aimée -Césaire à Fort-de France(Grand-Carbet)source​ "Officieux" Sully-Cally.
dimanche, à 18:44 · 


Stephen-jean Holana La veillé mortuaire de notre regretté,LAURENT LARODE aura lieu au centre départemental ATRIUM,ce mardi 28 FEVRIER 2012 a partir de 18hoo à minuit merci de votre attention,mes condoléances aux familles,et aux musiciens qui seront nombreux,et ont préparé une fêtes,digne d'un grand a suivre donc !!!!!!!
Il y a 42 minutes · 
Marc Michel
Vign_157369_100000518297610_1577050091_n
Marc Michel



bonjour Mano c vrai que Laurren Larode est DCD

 
Vign_aec261e89ab8d953b1b8a72fe80f225e
Le cortège s'est réuni devant le marché de Rivière-Salée et a rejoint l'église Saint Jean-Baptiste accompagné par ses célèbres chansons.
 
Vign_0a59c9b40239a97e7e35f3dd5d52e915
Entrée dans l'église par les porteurs des pompes funèbres.
 
Vign_819631fc7f9796d59aa802651545c58b
Son fidèle ami Alcindor aura été présent jusqu'au bout.
Merci Laurent LARODE
Vign_1000
Commentaire:
Mèssi an pil misié Mano pou gwo travail ta là ou fè a.. Sé an bel témoignage!! Tchè moin trist an pil an pil an pil!!!

"A dan gran ciel la ni an ti zetoil an ô..."
Laurent Larode té inmin anpil chanté ti chanson tà là..
Plis foss pou nou tout, pliss foss baw too ;-)

Muriel de Lyon.
Serge Letchimy
Vign_337483
Serge Letchimy, président du Conseil régional

Le président du Conseil régional adresse ses condoléances à la famille de l'interprète, ses amis et l'ensemble du monde artistique qui perdent là, dit-il, un ardent défenseur de la musique antillaise.
Raymond Occolier, maire du Vauclin
Vign_8
Raymond Occolier, maire du Vauclin

Laurent Larode a été un musicien prolifique, à la voix d'or. Ses interprétations ont traversé le temps et resteront à tout jamais gravées dans la mémoire collective. Le monde de la musique martiniquaise a perdu l'un de ses plus illustres serviteurs.
Maurice Antiste, sénateur
Vign_maurice-antiste3
Maurice Antiste, sénateur-maire du François

Il a eu à coeur de concilier, avec talent, enseignement et carrière artistique. Celle-ci, assumée avec passion, a contribué à son épanouissement au service de la valorisation de la chanson créole, composante appréciable du patrimoine du pays. Qu'il en soit vivement remercié.
Eugène Larcher
Vign_222224_204112519619941_107339109297283_589668_4957848_n
Eugène Larcher, président de l'Espace Sud

Sa voix était reconnaissable entre toutes. Il était doté d'une étonnante capacité à donner une âme aux innombrables textes et mélodies qu'il a interprétés, singulièrement ceux de l'exceptionnel compositeur et parolier qu'était Fernand Donatien.

 
Vign_3
 
Vign_14
 
Vign_uvs120726-024
Mano Tradition et Carnaval Emission crée Préparation Par:Mano LOUTOBY ,Animation :Henri PASTELet Michel BEROARD--//--ORCHESTRE--Saxophone Victor THERME,Eddy GUSTAVE,Basse Alex TEODOSE,Cha Cha Duquesnay,Battery Omer CHERY,Trombone Paul PETIT-FRERE,Guitar Simon JURAD,Piano et Claviers : José LANCRY,Trompette-Daniel GENEVIEVE
Ecoutez : Mano Tradition et Carnaval Emission crée Préparation Par:Mano LOUTOBY ,Animation :Henri PASTELet Michel BEROARD--//--ORCHESTRE--Saxophone Victor THERME,Eddy GUSTAVE,Basse Alex TEODOSE,Cha Cha Duquesnay,Battery Omer CHERY,Trombone Paul PETIT-FRERE,Guitar Simon JURAD,Piano et Claviers : José LANCRY,Trompette-Daniel GENEVIEVE
Ecoutez : Mano Tradition et Carnaval Emission crée Préparation Par:Mano LOUTOBY ,Animation :Henri PASTELet Michel BEROARD--//--ORCHESTRE--Saxophone Victor THERME,Eddy GUSTAVE,Basse Alex TEODOSE,Cha Cha Duquesnay,Battery Omer CHERY,Trombone Paul PETIT-FRERE,Guitar Simon JURAD,Piano et Claviers : José LANCRY,Trompette-Daniel GENEVIEVE
Ecoutez : "EST OU SONJE" -VALSE- CHANT LAURENT LARODE- COMP-FERNAND DONATIEN -( Live TCI-1996
 
Vign_4
Mano Radio Caraïbes MARTINIQUE
MANO RETRO-Nou Ka Sonjé
- FERNAND DONATIEN

Ecoute :"LA FANMI"-Mazurka-Auteur Composteur -FERNAND DONATIEN-Chant Laurent LARODE
Paroles et Musique de Fernand DONATIEN

---------------------///////----------------
MANO RADIO CARAÏBES
Et n'oubliez pas, ami.... Visitez Mon site
aussi souvent que vous le pouvez... et merci ! ... n'oubliez pas d'informer vos amis !
Je vous remercie
Cliqué ICI
http://manoretro.unblog.fr/  
http://martelkapale.unblog.fr                              /
http://www.manoradiocaraibes.com/  
http://www.manomerci.com/                                   
 
Vign_2
 
Vign_merci_laurent
 
Vign_4
 
Vign_7
 
Vign_17
© 2010
Créer un site avec WebSelf