NOU KA SONJÉ
 

vign_0

vign_32

vign_51eici-uogl

vign_732431-0

vign_hhhhhhh6

vign_114746244

vign_m-6

vign_enlargement

vign_l1020934

vign_perez-prado-2
 

vign_prado,_perez-mas_exitos_con_el_rey_del_mambo_front

vign_pprado

vign_perez_pradob

vign_perez_prado

vign_perez_prado_rca_italia

vign_music_mambo_prado

vign_mreci-5

vign_mreci-4

vign_mreci-2

vign_merci-3
 
Vign_m-7
Perez Prado

Ce nom utilise la coutume espagnole; le premier ou paternel nom de famille est Pérez et le second ou maternelle nom de famille est Prado.



Dámaso Pérez Prado




Album de Pérez Prado il Re del Mambo



Informations générales



Nom de naissance

Dámaso Pérez Prado



Également connu sous le nom

« Prez » Prado « Roi de la Mambo »



Né -11 Décembre 1916 -Matanzas, Cuba

Mort -14 Septembre 1989 (72 ans) Mexico City, Mexique

Genres Mambo

Professions : Musicien, compositeur, arrangeur, chef d'orchestre


Dámaso Pérez Prado (11 Décembre 1916 – 14 septembre 1989) était un chef d'orchestre, musicien (chanteur, pianiste et organiste) et compositeur cubain . Il est souvent appelé le « roi du Mambo ».

Son orchestre était le plus populaire de mambo. Son fils, Pérez Prado, Jr., continue à diriger l'orchestre de Pérez Prado à Mexico à ce jour.

Biographie

Début de la vie


Perez est né à Matanzas, Cuba, sa mère était institutrice, son père, un homme de journal. Il étudie le classique piano dans son enfance et plus tard joué orgue et piano dans des clubs des. Pour une fois, il était pianiste et arrangeur pour la Sonora Matancera, groupe de musique les plus connu de Cuba. Il a également travaillé avec des orchestres de casino à la Havane pour la plupart des années 1940, et a acquis la réputation d'être une imagination (solo de son style de jeu antérieur bebop au moins cinq ans), joueur de loud.[citation nécessaire] Il était surnommé «El Cara de Foca» (« visage de phoque ») par ses pairs à l'époque.[1]

En 1948, il s'installe au Mexique pour former son propre groupe et l'enregistrement de RCA Victor. Il se spécialise rapidement dans les mambos, une adaptation optimiste de la cubaine danzón. Mambos de Perez démarquaient parmi la compétition, avec leurs riffs de cuivres fougueux et contrepoints forte saxophone et, surtout, les grognements de marque de commerce de Pérez (il dit en fait «¡Dilo!", ou"Say it!", dans de nombreux les grognements perçues). En 1950 arrangeur Sonny Burke a entendu «Que rico el mambo» pendant des vacances au Mexique et a enregistré dans les États-Unis comme « Mambo Jambo ». Le single est un succès, ce qui a causé de Perez de lancer une tournée aux États-Unis. Ses apparitions en 1951 ont néo-impérialisme et il commence à enregistrer U.S. communiqués pour RCA Victor.[1]

Pièces célèbres

Perez est le compositeur de ces pièces célèbres comme «Mambo no 5» (plus tard un UK chart-topper pour Lou Bega en 1999 et de personnage animé Bob le bricoleur en 2001) et « Mambo no 8 ». À l'apogée du mouvement mambo, en 1955, Perez a frappé les Américains graphiques numéro un avec une version de Cha-Cha Cherry Pink et Apple Blossom White"(composée par le compositeur français Louiguy). Cet arrangement, mettant en vedette le trompettiste Billy Regis, a tenu la place pendant 10 semaines consécutives. La chanson a également numéro un dans le UK[[2] en Allemagne. [] 3] Perez avait couvert tout d'abord ce titre pour le film Underwater! en 1954, où Jane Russell peut être vu danser au « Cherry Pink ». En 1958, une des compositions de Perez, «Patricia», devenue le dernier enregistrement à gravir à # 1 sur les Jockeys et les Top 100 graphiques, qui céda la semaine suivante pour le classement Billboard Hot 100 puis nouvellement introduites. La chanson s'est également rendu au numéro un en Allemagne et en Angleterre il a atteint le numéro huit.[4]

[Modifier] Popularité internationale
Sa popularité aux États-Unis correspondait à l'apogée de la première vague d'intérêt pour la musique latine à l'extérieur de la communauté Latino durant les années 1940, 1950 et le début des années 1960. Il a également joué dans des films aux États-Unis et en Europe, ainsi que dans le cinéma mexicain (Rumberas films), toujours avec sa marque barbiche et la tortue au cou de pulls et gilets. Avec la fin des années 1950, son succès décline, et les années ont cédé la place à des rythmes nouveaux, comme le rock ' n roll et puis la musique pop. Son association avec RCA Victor a pris fin dans les années 1960, et sa sortie enregistrée a été principalement limité aux petites étiquettes et recyclé anthologies de style Latin. 

Fin de vie

Dans les années 1970 Perez revient en permanence dans son appartement au large de la ville de Mexicogrand Paseo de la Reforma de vivre avec sa femme et ses deux enfants, fils Dámaso Pérez Salinas (connu comme Perez Prado, Jr.) et sa fille Maria Engracia. Sa carrière en Amérique latine est toujours forte. Il part en tournée et continue d'enregistrer des documents qui a été publié au Mexique, en Amérique du Sud et le Japon. Il était vénéré comme un des géants de l'industrie musicale régnants et un interprète régulière à la télévision mexicaine. Au Japon, un enregistrement live de sa tournée en 1973 sort le LP dans un format de 4 canaux début appelé Quadraphonic.

En 1981 Perez a figuré dans une revue musicale intitulée Sun , qui a bénéficié d'un long terme dans la capitale mexicaine. En 1983, son frère Pantaleón Pérez Prado est mort, et la presse a rapporté à tort la mort du chef d'orchestre Pérez Prado.[citation nécessaire] Sa dernière apparition aux États-Unis a été à Hollywood , le 12 septembre 1987, alors qu'il jouait dans une maison remplie. C'est également l'année de son dernier enregistrement. Persistante de la maladie lui a sévi pendant les deux prochaines années, et il meurt d'un accident vasculaire cérébral à Mexico le 14 septembre 1989, 72 ans.

Les anciens de Pérez Prado de orchestre
Au cours de sa vie, un casting de sommités musicales a traversé son orchestre, notamment :
Alejandro Neciosup Acuña, percussions
Pete Candoli, trompette
Beny Moré, chant
Johnny Pacheco, percussions [flûte plus tard]
Armando Peraza, percussions
Mongo Santamaría, percussions 

Culture populaire

"Patricia» a été plus tard présenté dans
la scène de strip-tease dans le film de 1960 de Federico Fellini La Dolce Vita
musique de fond pour une partie de la piscine dans le film de 1969 Goodbye, Columbus
l'épisode "Some Enchanted Evening" de la animés série télévisée Les Simpson, a d'abord été diffusé le 13 mai 1990[5]
une longue série des célèbres publicités télévisées pour le Royal Mail au Royaume-Uni (utilisant le slogan « J'ai vu cela et Thought of You ») entre 1996 et 2003
le générique de fin de la série HBO Sex réel
le film de Clint Eastwood 2000 Space Cowboys

Ses enregistrements de mambo et de la danse joyeuse qu'elles causées sont décrites dans un chapitre fin de roman séminal de Jack Kerouac, Sur la route (1957).

Ses chansons « Caballo Negro », « Lupita » et « Mambo n.8 » est en vedette dans le film de Santa Sangre (1989) par Alejandro Jodorowsky.

Son enregistrement des caractéristiques "Cherry Pink (et Apple Blossom White)" dans les films de traiter du siècle (1983), Cookie (1989) et les Parents (1989).

Dans la décennie après sa mort, la popularité de la musique de Perez était à nouveau à la hausse. CD rééditions de ses enregistrements RCA continuent de vendre progressivement. "Guaglione" a atteint le numéro 2 dans le UK Singles Chart en 1995,[[[] 4] , suite à son utilisation dans la Guinness télévision commerciale antériorité. « Mambo no 5 » a été présenté dans un autre Guinness commerciaux en 1999 (la même année que Lou Bega a pris son échantillonné reprise de cette même chanson au sommet du UK chart).[6]

La bande originale du film de 1999, Espace de bureau présente deux de ses spectacles, « Mambo no 8 » et « Fournisseur de l'arachide ».[7]

La bande originale de la 2004 film Carnets de voyage caractéristiques Perez "Qué rico el mambo", plus communément appelé « Mambo Jambo ».

Musicien d'avant-garde Nurse With Wound sort une compilation intitulée Musique funéraire de Perez Prado en 2001. Titre de l'album dépasse 30 minutes.

Liste de chansons populaires

"Cerisier Rose et Apple Blossom blanc"
« Un Go Go Mambo »
« Concierto para Bongo »
« Fantasia »
« Balline la Jack »
"Guaglione"
« Que Rico el Mambo »
"Mambo no 5"
« Mambo # 8 »
« Mambo del Politécnico »
« Chicago Dengue »
« Mambo Universitario »
« High and Mighty »
« Tomando Cafe »
« La Niña Popoff »
"Patricia"
« En Sax de mambo »
« Mambo une Kenton la »
« Mambo del Ruletero »
« Mambo del Taconazo »
« Mambo en trompeta »
« Marylin Monroe Mambo »
« Lupita »
« Claudia »
« La Chula Linda »
« Tico, Tico, Tico »
Discographie partielle

Perez enregistré pour RCA Victor de 1950 à 1965.
Perez Prado joue Mucho Mambo pour la danse (1951)
Suite vaudou (1955)
Mambo par le roi (1955)
Mambo Mania (1955)
La Havane, 3 h (1956)
Latin Satin (1957)
Mambo Happy (1958)
Dilo (que!) (1958)
« Prez » (1958) - Seul album US Top 40 de Perez, atteint la place # 22 mai 1959[8]
Pop et Prado (1959)
Une touche de Tabasco avec Rosemary Clooney (1960)
Big Hits de Prado (1960)
Rockambo de Perez Prado (1961)
Suite exotique des Amériques (1962)
Notre homme en Amérique latine (1963)
Le meilleur de Perez Prado Réédition (1967) de « Grands succès par Prado »
Il s'agit de Perez Prado (1971)
Perez Prado - or pur (1975) Une autre réédition de « Big Hits par Prado »
TRADUCTION ANGLAIS *Français
SOURCE : Wikipédia
Pour  en savoir plus cliquez ICI

http://en.wikipedia.org/wiki/Perez_Prado

 
 
Vign_hhhhhhh6
PÉREZ PRADO, Dámaso (Matanzas 1916-México 1989)

Doué d'un sens de la promotion hors du commun, Dámaso PÉREZ PRADO a toujours entretenu le mystère sur les premières années de sa vie et de sa carrière, y compris sur l'année de sa naissance. Mais c'est une certitude : il a effectué des études musicales. Il collabore dans ses premières années avec la charanga de Senén SUÁREZ.
Vers 1940 Dámaso est installé à La Havane où il joue du piano dans les cabarets Pennsylvania à Marianao et Kursaal sur les quais du port.
Il semble également qu'il ait joué dans la charanga de Paulina ÁLVAREZ. Dámaso joue ponctuellement dans diverses formations et remplace René HERNÁNDEZ au sein de l'orchestre de Julio CUEVA.
Excellent arrangeur, il travaille pour le programme que Orlando "Cascarita" GUERRA anime sur CMQ. Sur les ondes c'est la formation de Carlos ANSA qui interprète son travail.

"Cascarita" le fait entrer en 1942 dans l'orchestre "CASINO de la PLAYA" pour suppléer aux départs successifs de Anselmo SACASAS et de Julio GUTIÉRREZ. Avec "Cascarita", il laisse une belle version du "Llora" de "Chano" POZO.
Dámaso intervient aussi au sein du "KUBANEY".
Pendant cette période PÉREZ PRADO, s'inspirant des innovations de Orestes LÓPEZ et du diablo de Arsenio RODRÍGUEZ, commence à développer des idées personnelles. Il acompagne aussi les solistes, notamment Elena BURKE, dans les cabarets.
Ces années quarante sont aussi celles où le Jazz intéresse de nombreux musiciens Cubains et Dámaso subit aussi cette influence.
En 1946, au retour d'une tournée aux Etats Unis avec le "CASINO de la PLAYA" il organise son propre orchestre et enregistre à Cuba. L'année suivante il part en tournée en Argentine et au Venezuela où il diffuse sa composition "Qué rico el Mambo".
Mais à Cuba les nombreux arrangements qu'il réalise rompent avec la tradition, comme par exemple celui de "Kuba-Mambo" qui contient déjà les germes du Mambo , avec quelques riffs et onomatopées que Dámaso va systématiser par la suite. Ces arrangements déplaisent aux maisons d'enregistrements. Celles-ci demandent aux musiciens qu'elles ont sous contrat de ne plus faire appel aux services de PÉREZ PRADO. La route lui semble barrée. A New York il réalise des orchestrations pour Xavier CUGAT
et divers autres cubains.
En 1948 Dámaso PÉREZ PRADO prend le chemin du Mexique. Il entre dans diverses formations alimentaires puis forme un nouvel orchestre.
Dans la capitale aztèque, ses innovations rencontrent un bien meilleur accueil et il peut aisément développer ses idées. Dámaso enregistre dès 1949 pour la Victor, "José", "Macamé" et quelques autres thèmes mais le disque est un demi-échec. PÉREZ PRADO organise alors un type de formation spécialement adaptée à ce qu'il souhaite faire.
Le trombone et la dizaine de saxophones et trompettes peuvent répondre, le plus souvent dans d'immenses unissons, à la polyrythmie offerte par la basse, le piano et les tumbadoras. Alors que les charangas et les conjuntos utilisent une seule tumbadora, Dámaso en utilise deux.

SOURCE :Patrick Dalmace
POUR LIRE LA SUITE VEUILLEZ CLIQUER ICI

http://www.montunocubano.com/Tumbao/biographies/perez%20prado,%20damaso.htm
 
 
 
Vign_732431-0

SOURCE :WIKIPEDEA
Lire la Suite Veuillez cliquez ICI

http://fr.wikipedia.org/wiki/P%C3%A9rez_Prado


Cet article est une ébauche concernant une actrice ou un acteur cubain et un compositeur cubain ou une compositrice cubaine.

Dámaso Pérez Prado est un compositeur et chef d'orchestre cubain, surnommé le roi du mambo, né le 11 décembre 1916 à Matanzas (Cuba), mort le 14 septembre 1989 à Mexico (Mexique).

Il apprend, enfant, le piano classique avec Rafael Somavilla. En 1942, il s'installe à La Havane où il joue du piano dans les cabarets, puis dans différents orchestres : Orquesta Cubaney, Orquesta de Paulina Alvarez, et dans le plus célèbre orchestre de Cuba, Orquesta Casino de la Playa. En 1947, il enregistre Qué rico el mambo et part en tournée en Argentine et au Venezuela.

En 1948, sa musique s'inspire du jazz de Stan Kenton, et les maisons de disques cubaines ne veulent plus l'enregistrer. Il part alors à Mexico où il engage comme chanteur Benny Moré. Il joue aussi comme acteur pour le cinéma. Il compose tellement de morceaux qu' il ne leur donne plus de noms, mais des numéros ; Mambo No. 5 et Mambo No.8 sont les plus connus.

Le 12 décembre 1949, sort un 78 tours comportant Qué Rico El Mambo sur une face et Mambo No. 5 l'autre. Ce disque va déclencher la « mambomania » (Mambo Craze) aux États-Unis.

En 1955, sa version cha-cha-cha de Cherry Pink and Apple Blossom White devient numéro un pendant 10 semaines au Billboard, le hit-parade américain. Ce morceau, en français Cerisier rose et Pommier blanc, avait été composé en 1950 par le français Louiguy (signataire officiel de La Vie en rose pour Édith Piaf), avec des paroles de Jacques Larue, chanté par André Claveau, puis devenu un classique du musette, repris par Petula Clark en 1964 et bien d'autres. Dans le film La Vénus des mers chaudes (Underwater), on voit Jane Russell danser sur Cherry Pink and Apple Blossom White.

En 1958, Patricia est un succès mondial (numéro un), utilisé en 1960 comme musique du film dans La Dolce Vita de Federico Fellini.

 
Vign_32
 
Vign_enlargement
 
Vign_732431-0
 
Vign_prado,_perez-mas_exitos_con_el_rey_del_mambo_front
 
Vign_hdlrxp8v6rh2ldxh
 
Vign_perez_prado
 
Vign_perez-prado-2
 
Vign_perez-prado-14

.
Dámaso Pérez Prado - Aniversario - Su Música

Dámaso Pérez Prado

Falleció el 14 de septiembre de 1989


Bautizado el Rey del Mambo, el arreglador y líder de banda cubano Pérez Prado fue fundamental para crear los fundamentos de este sonido.

Comenzó en los años ’40, mezclando la música cubana con elementos del jazz de las big bands para formar un híbrido contagioso y extremadamente bailable.

Habiendo sido conocido en principio como pianista y arreglador en la Orquesta cubana Casino de la Playa, la popularidad de Prado se expandió a México, Latinoamérica y , en los ’50, a los Estados Unidos.

Pérez Prado, en el mundo, era calificado como un "boom". La compañía RCA Víctor lo consideró un "bastión comercial".
Por su orquesta pasaron músicos de la talla de Benny Moré, Johnny Pacheco, Mongo Santamaría, René Bloch, Patato Valdez, Cándido, Ray Barreto, Maynard Ferguson, Shorty Rogers, Doc Severinsen, entre otros.


Links

Pérez Prado - Nuestro Hombre en la América Latina - 1963 - Mambo

Pérez Prado - Concierto para bongó - Mambo
.
.


Publicadas por Dr.Ruben Berdichesky a la/s 22:02

Etiquetas: Aniversario Fallecimiento, Dámaso Pérez Prado, Mambo, Pérez Prado
SOURCE:--
http://rberdi-archivo-gotan-tango.blogspot.fr/2008/09/dmaso-prez-prado-aniversario-su-musica.html   
 
Vign_mreci-4
 
© 2010
Créer un site avec WebSelf