NOU KA SONJÉ
 
Vign_Raymond_Sicot---

 

Raymond Sicot
1928-1978 


 Second d’une famille de cinq enfants composée de André, Yvonne, Webert et Paulette,
Raymond passa la majeure  partie de sa vie a l’étranger. A La Gouadeloupe, me
disa sa nièce, Ginette, il obtint son bacalauréat.  Il acquit des expériences
énormes dans les autres iles caraibéennes et Aux  Etats Unis,  il fit
l’expérience du Jazz . Mon oncle Raymond , ajoutta Ginette, performait dans de
nombreuses boites de nuit aux Etats Unis; Satchmo, Louis Armstrong fut son
idole, son maitre. D’ailleurs, il se coiffait comme les nègres americains des
années cinquante et soixante. Quand il était de passage en Haiti, il venait nous
chercher parce qu’il n’avait pas d’enfants, nous étions les siennes quand son
unique fils, Frantz était mort.. Il nous amenait dans des magasins, spécialement
“Aux Sabots D’Or” pour faire des emplettes.et aux meilleurs restaurants pour
déguster des mets appétissants
       Michel Préssoir , accompagné de Jean Legros et Guy Gabriel, rencontra Raymond pour la
première fois aux moments ou se réunissait chez Alida Tiferne le club des vingt.
Paisiblement, Raymond ayant assis  sur une table au beau milieu de la salle
prennait plaisir à écouter les accords de Jean Legros quand un de ses amis lui
suggera d’aller chercher sa trompette pour embellir la prestation de ce dernier
et sa suite. A son retour, il interpreta pour l’assistance ‘Tornade a Soriento’.
C’est alors que Michel sut que la trompette peut etre un instrument charmant,
plein de grace et de souplesse quand on sait la manier.
       Raymond fut lui aussi un fils de la maison Centrale des Arts Et Metiers qui avait
beneficié des instructions de Myrtile Ansion et de Augustin Brumot. Membre de
Jazz Capois, des bandes carnavalesques Titato, Maison Hantee, Katapkatap,
Cadence Rampas, musicien de l’Orchestre de Webert Sicot Et du Grand Orchestre
d’Haiti, dirrigé par Guy Durosier, il posseda son propre Orchestre à la
Guadeloupe et à New York. Il écrtivit plusieurs chansons. Citons, La Femme de
mes reves, Medecine Jalap, Medam ale kile,   Deux amours etc. En 1970, il a
gravé un disque avec Guy Durosier qui eut pour titre “Raymond Sicot et Guy
Durosier Au Carnegie Hall R.G.S Records 3000 Stereo.. Toujours pendant les
années 70, il imprima deux disques intitulés  Lolita “ You got to get it” avec
Leconte Villevalex et Joe Laveaux comme chanteurs et” Raymond Sicot Et Ses
Etoiles  à Casa Boriquen” .Ces deux L. P furent imprimés sur disques
audionumériques sans l’authorization de la famille Sicot    
      Rentré à Port Au Prince en compagnie de André Toussaint pour faire renaitre la Cadence
Rampa en 1972, il s’est rendu compte que les gouts et les moeurs avaient un peu
changés. Cependant, ils avaient  conquis beaucoup de fanatiques et obtinrent un
contrat de Airport Ciné et du club Malibou de Carrefour. André retourna aux
Bahamas et Raymond  ébergea chez sa soeur, Yvonne qui habitait à Sinclair près
de Mahotières. Tombé malade, il fut hospitalisé à Saint Francois De Salles.
Cependant, il succomba le 21 octobre 1978 après qu’il ait passé plusieurs mois
dans un sommeil profond me raconta sa nièce Came Sicot. Ses funérailles furent
chantées à la  respectable Loge  Grand Orient d”Haiti  en presence d’une foule
immense. Mario De Volcy nous rapporta que son jeune frère Webert accompagné d’un
trompétiste interpretèrent pour lui "Telephono a la distancia".
      
Trompettiste, tromboniste, chef d'orchestre, aucune voix s'est élevé avec
dissonance de la facon  dont Raymond manie se deux instruments, son imagination
resta fertile, vivide jusqu’à son lit de mort mais, on lui reproche surtout
d’avoir engendrer l’affaire ‘ Toucher deux fois’ à Cabanne Choucoune. Hypertendu
comme plusieurs autres membres de sa famille, Raymond  succomba sur son lit
d’hopital le 21octobre 1978.
                                                                                                            
Adrien   B. Berthaud


SOURCE :

pour en savoir plus cliquez ICI

http://www.adrienberthaud.com/Raymond_Sicot/
 
Vign_RAYMOND---------

 

RAYMOND CICAULT \ SICOT
 
RAYMOND CICAULT 

Et son Orchestre VOLCAN
Série 45 rpm (Disque 1)  -
 

A noter : Dès son départ pour les Antilles françaises, Raymond SICOT devient Raymond CICAULT. Il gardera cette orthographe pendant toute sa période antillaise. (petites Antilles car Haïti fait partie des grandes) 

 - A noter : malheureusement, la classification de tous ces 45 rpm est tout à fait aléatoire. Le seul dont l'année soit réellement reconnue, car référencé correctement, est paru sous le label NATIONAL RECORDING (N.S.P.).-
 
Je date ces deux " singles " en 1968 car c'est à cette époque que : 
André DORISMOND quitte le Super Ensemble Wébert SICOT non sans avoir jeté une dernière attaque envers Nemours pour stimuler les fanatiques avant le retour de leur Maestro (Wébert) prévu pour le carnaval de 69. Mais hélas, ce ne fût qu'une rumeur.
Gary FRENCH repart aux États-Unis pour créer ou incorporer le TROPICAL QUINTET et jouer avec PEPE BAYARD.

SOURCE  : http://musique.haiti.free.fr/haitian%20records%20vol%2001/fiches/raymondcicault00pagedr.htm

http://musique.haiti.free.fr/haitian%20records%20vol%2001/fiches/raymondcicault00pagedr.htm
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Vign_raymond_SICOT-MERCI

 

Raymond Sicot
  1928-1978
 
Vign_RAYMOND---------------
 

vign1_666-RAYMOND-

vign1_RAYMOND--------------

vign1_RAYMOND---------

vign1_raymond_SICOT-MERCI

vign1_DISQUE-----------
 

vign1_DISQUE------

vign1_DISQUE--

vign1_DISQUE-------

vign1_PHOTO--

vign1_DISQUE-----------
 
Vign_RAYMOND--------
 
Vign_666-RAYMOND-
 
Vign_raymond_SICOT-MERCI
 
Vign_RAYMOND---------------
 
Vign_DISQUE-----------
 
Vign_RAYMOND---
 
Vign_RAYMOND---------
 
Vign_A
 
Vign_RAYNOND-1
 
Vign_HHH-3
 
Vign_RAYMOND_ET_PIERRE-
 
Vign_RAYMOND_H
© 2010
Créer un site avec WebSelf