NOU KA SONJÉ
 
Vign_SOLANGE_FITT-DUVAL-500I

NOU KA SONJÉ SOLANGE FITTE-DUVAL
 

SOLANGE FITTE-DUVAL A VU LE JOUR LE 25 AOÛT 1921 AU
SAINT-ESPRIT. ELLE EST INSCRITE AU PARTI COMMUNISTE DEPUIS 1946. ELLE A ÉTÉ
PRÉSIDENTE DE L’UNION DES FEMMES DE LA MARTINIQUE DE 1975 À 1993. 
CO-FONDATRICE DU JOURNAL FÉMINISTE FEMMES MARTINIQUAISES. ELLE A TOUJOURS ÉTÉ
UNE FEMME TRÈS ENGAGÉE. ET À TRAVERS SON COMBAT, ELLE A FAIT AVANCER BEAUCOUP
DE CHOSES POUR LA PLACE DE LA FEMME DANS LA SOCIÉTÉ MARTINIQUAISE, ET PLUS
GÉNÉRALEMENT POUR LA FAMILLE. ELLE EST DÉCÉDÉE LE 28 MARS 2014 À
FORT-DE-FRANCE. 

DANS CETTE ARCHIVE DE L’ÉMISSION LE BON EXEMPLE CRÉÉE PAR
MANO LOUTOBY ET RÉALISÉE LE 5 DÉCEMBRE 2001, ELLE NOUS PARLE DE SA VIE ET DE
SON COMBAT DE FEMME. 

LA FAMILLE FITTE-DUVAL A POUR BERCEAU LES QUARTIERS DE TIVOLI,
POST-COLON, RODATE. CETTE FEMME QUI A TOUJOURS VOULU ÊTRE EXEMPLAIRE, NOUS CITE
SES VALEURS QUI SONT LA PAIX POUR LE PAYS, LE RESPECT, LA TOLÉRANCE ET L’AMOUR
DU PROCHAIN EN DEHORS DU CARCAN RELIGIEUX BIEN SÛR. 

SA MÈRE EST NÉE AU MORNE-ROUGE ET SE NOMMAIT CAMILLE ISMAËL,
ELLE A OBTENU LE CERTIFICAT D’ÉTUDE PUIS A DÛ TRAVAILLER COMME EMPLOYÉ DE
COMMERCE AVANT DE POUVOIR EXERCER LA NOBLE PROFESSION D’INSTITUTRICE, CE
QU’ELLE DÉSIRAIT AVANT TOUT. 

SON PÈRE A ÉTÉ CORDONNIER, BOUCHER, AGRICULTEUR ET SURTOUT
C’ÉTAIT UN ANCIEN COMBATTANT ET « GAZÉ » DE LA PREMIÈRE GUERRE
MONDIALE 1914-18, IL ÉTAIT SÉVÈRE ET STRICT AVEC SES DEUX ENFANTS MAIS PLEIN DE
JUSTICE ET D’AMOUR. SOLANGE AVAIT UN « INSÉPARABLE » GRAND FRÈRE
D’UNE ANNÉE, GEORGES, TRÈS CONNU COMME MAIRE DU SAINT-ESPRIT ET MILITANT DU
PARTI COMMUNISTE ÉGALEMENT. SON PÈRE CULTIVAIT SON LOPIN ET AVAIT DES POTAGERS,
ELLE SE SOUVIENT DE SA MÈRE DESCENDANT AU BOURG POUR ÉCOULER LEURS CULTURES.

SUITE À L’ÉRUPTION DE LA MONTAGNE PELÉE, ON AVAIT DONNÉ UN
PEU DE TERRE AU RESCAPÉS DANS LES FORÊTS D’ALORS DU BALATA, DE RODATE, DE
TIVOLI ETC 

SON PÈRE ÉTAIT SOCIALISTE, IL AVAIT CE QU’ON PEUT APPELER L’AMOUR DU
PEUPLE.

SOLANGE ET GEORGES ONT EU UNE ÉDUCATION RIGOUREUSE, PAS
BEAUCOUP DE RELATIONS AVEC LES ENFANTS DU VOISINAGE, NE PARLONS PAS DES BÉKÉS
D’À CÔTÉ QUI EUX-MÊMES NE SE MÊLAIENT AVEC LES GENS DU COIN. ELLE NOUS FAIT
REMARQUER QUE LA DIFFÉRENCE DE CLASSES SE VOYAIT SURTOUT LE DIMANCHE À L’ÉGLISE
– UNE ESPÈCE DE SÉPARATION STRICTE, UNE PRÉSÉANCE QUE VOS CONGÉNÈRES MÊMES VOUS
OBLIGEAIENT À RESPECTER !

ELLE SE SOUVIENT NÉANMOINS D’UN BÉKÉ BIENVEILLANT, L’ABBÉ DE
JAHAM QUI LES AIMAIT À CAUSE DE LEUR INTELLIGENCE.

ILS ONT ÉTÉ À L’ÉCOLE DE TIVOLI, SACHANT QUE LES BOURGEOIS
DU COIN ENVOYAIENT LEURS ENFANTS « EN VILLE ». C’ÉTAIT MONSIEUR
GABOLI LE DIRECTEUR DE SON ÉCOLE.

ELLE A ÉTÉ LE PREMIER ENFANT DE CET ÉCOLE À RECEVOIR UNE
BOURSE POUR CONTINUER. ELLE SE SOUVIENT AVOIR REÇU DES MAINS DE MONSIEUR GABOLI
UN PREMIER PRIX QUI ÉTAIT LE LIVRE DE CÉSAIRE PHILÉMON, LES GALERIES
MARTINIQUAISES : POPULATION, MŒURS, ACTIVITÉE DIVERSES ET PAYSAGES DE LA
MARTINIQUE, QUI ÉTAIT SON LIVRE DE CHEVÊT PENDANT LONGTEMPS. C.PHILÉMON ÉTAIT
UN HAUT FONCTIONNAIRE DES CONTRIBUTIONS. 

ELLE RAPPELLE QU’ON N’AVAIT ALORS PAS LE DROIT DE PARLER DU
27 AVRIL, NI DU 22 MAI – 27 AVRIL 1848 DÉCRET D’ABOLITION DE L’ESCLAVAGE ET
COMME RIEN NE SE PASSE JUSQU’AU 22 MAI 1848, LES ESCLAVES SE SOULÈVENT POUR SE
LIBÉRER CRAIGNANT SON RÉTABLISSEMENT COMME EN 1794.

SOLANGE FITTE-DUVAL DÉPLORE LES TERRIBLES LEÇONS DE
L’HISTOIRE – TOUTES LES CAUSES POUR LESQUELLES LES MILITANTS ONT REÇU TANT DE
COUPS ONT ÉTÉ PEU À PEU REPRISES PAR CEUX QUI DONNAIENT LES COUPS JADIS !

POUR CONTINUER SUR SA VIE, ELLE NOUS SIGNALE QUE LE CRÉOLE
ÉTAIT INTERDIT CHEZ SES PARENTS.

APRÈS L’ÉCOLE DE TIVOLI, ELLE EST ENTRÉE AU PENSIONNAT
COLONIAL. ELLE VOULAIT Y FAIRE LE LATIN EN SECTION A MAIS ON L’EN EMPÊCHE, LES
NÉGRESSES DE CAMPAGNE VONT AU PLUS EN SECTION B ! UN DE SES PROFESSEURS
PENSAIT MÊME QU’ELLE FAISAIT FAIRE SES DEVOIRS PAR QUELQU’UN D’AUTRE. ELLE SE
SOUVIENT DE MADAME NARDAL QUI A ÉTÉ LA PREMIÈRE À RECONNAÎTRE SA VALEUR ET L’A
BEAUCOUP AIDÉE, AINSI QUE MADEMOISELLE ALLARD, UNE PROFESSEURE MÉTROPOLITAINE
QUI EN A FAIT DE MÊME EN CLASSE DE PREMIÈRE. C’EST POUR CELA QU’ELLE S’EST
TOUJOURS EFFORCÉE DE FAIRE LA PART DES CHOSES, REJETANT LES PRÉJUGÉS ET LE
RACISME TOUT EN RESTANT TOUTEFOIS VIGILANTE.
 
A CETTE ÉPOQUE,  ELLE « CAPTAIT » L’ENSEIGNEMENT D’AIMÉ CÉSAIRE PAR SES AMIS. C’EST
DANS  LE CAHIER D’UN RETOUR AU PAYS NATAL
QU’ELLE A TROUVÉ LES RÉPONSES À TOUTES LES QUESTIONS QU’ELLE SE POSAIT
NOTAMMENT LES PRÉSÉANCES RACIALES ETC

ELLE ACCORDE À CÉSAIRE LE COURAGE D’AVOIR OSÉ DIRE CE QU’IL
A DIT À UNE TELLE ÉPOQUE.

POURQUOI EST-ELLE DEVENUE COMMUNISTE ? C’ÉTAIT LES
SEULS À RÉAGIR DEVANT LA MISÈRE DU PEUPLE, DES ENFANTS, DES FEMMES. DEVANT LE
MÉPRIS POUR LES FEMMES SURTOUT POUR LES FILLES-MÈRES ! LA DIGNITÉ DES
FEMMES ÉTAIT UN COMBAT À MENER.

ON A VITE OUBLIÉ COMBIEN IL A FALLU LUTTER POUR DES DROITS
QUI SONT AUJOURD’HUI ÉVIDENTES. CE QUE LES FRANÇAISES DE MÉTROPOLE AVAIENT
OBTENU DEPUIS LONGTEMPS N’ÉTAIT PAS ENCORE À L’ORDRE DU JOUR EN MARTINIQUE. EN
EXEMPLE, LA PRIME DE RENTRÉE VOTÉE EN 1963 N’ÉTAIT PAS PERÇUE AUX ANTILLES.

CETTE LUTTE S’EST FAITE AVEC LES FEMMES DE GUADELOUPE COMME
LA COMMUNISTE ET AVOCATE GERTY ARCHIMÈDE QUE SOLANGE A EU L’OCCASION DE
RECEVOIR CHEZ ELLE MÊME. GERTY ARCHIMÈDE FUT UNE DES PREMIÈRES FEMMES DÉPUTÉE
DE GUADELOUPE.

NOTONS QUE LES FEMMES SE SONT BEAUCOUP PLUS PRÉSENTÉES AUX
ÉLECTIONS EN GUADELOUPE OU EN GUYANE QU’EN MARTINIQUE. LES HOMMES SONT-ILS PLUS
MACHOS ICI OU LES FEMMES SONT-ELLES MOINS COURAGEUSES ICI ? FITTE-DUVAL RECONNAIT
QUE C’EST UN COMBAT PARTICULIÈREMENT DIFFICILE TANT ON REÇOIT DES COUPS DE
PARTOUT.

ELLE NE BLÂME PAS LES FEMMES DE DROITE COMME MICHAUX-CHEVRY
QUI FONT CE QU’ELLES PEUVENT, À LEUR FAÇON.

EN TOUT CAS QUAND LES FEMMES ONT ÉTÉ AUTORISÉES À VOTER EN
1944, CERTAINS ONT PENSÉ POUVOIR CAPTER CET ÉLECTORAT À PEU DE FRAIS ET
CONTINUER À LES TRAITER COMME DES TORCHONS-PIEDS.  LE COMBAT A CONSISTÉ À EXPLIQUER AUX FEMMES
QU’AVEC LEURS BULLETINS DE VOTE, ELLES POUVAIENT CHANGER LEUR SITUATION,
OBTENIR UN PROGRÈS DANS LEUR SITUATION DANS LA SOCIÉTÉ MARTINIQUAISE DU MOMENT.

RAPPELONS QUE LE DROIT DE VOTE EST ACCORDÉ AUX FEMMES LE 21
AVRIL 1944 SUITE À UN AMENDEMENT DU COMMUNISTE FERNAND GRENIER.

EN CE TEMPS-LÀ, ELLE TRAVAILLAIT À SAINT-ESPRIT, ELLE ÉTAIT INSTITUTRICE
LAÏQUE, PAS ENCORE ENCARTÉE AU PARTI COMMUNISTE.

POUR  ELLE, LE COMMUNISME C’EST L’AMOUR DE CE QUI
EST JUSTE, DE CE QUI EST BON, DE CE QUI EST BEAU. A L’ÉPOQUE ÊTRE COMMUNISME
C’ÉTAIT SIGNÉ UN PACTE AVEC LE DIABLE, AVEC SATAN EN PERSONNE ET SOUVENT IL
FALLAIT OBTENIR L’ABSOLUTION POUR POUVOIR RÉINTÉGRER LA SOCIÉTÉ BIEN PENSANTE.

MAIS AUX ANTILLES, TOUT CE QUI A ÉTÉ OBTENU SOCIALEMENT
PARLANT L’A ÉTÉ GRÂCE AU COMBAT DES COMMUNISTES. C’EST TOUT SIMPLEMENT PARCE
QUE C’ÉTAIT LES SEULS À DÉFENDRE LES INTÉRÊTS DES PAUVRES. AINSI EN 1944, PAR
LA FORCE DES CHOSES ET LE BESOIN DE FAIRE CHANGER LA RÉALITÉ, PRESQUE TOUTES
LES COMMUNES ÉTAIENT COMMUNISTES.

LES ALLOCATIONS, LA SÉCURITÉ SOCIALE, MERCI LES
COMMUNISTES.  ON COMPREND LA HAINE DES
CAPITALISTES LOCAUX À LEUR ÉGARD.

RAPPELONS LA SITUATION DES FEMMES ENTRE AUTRES. MÊMES
ENCEINTES, ELLES DOIVENT « AMARRER » UNE CERTAINE QUANTITÉ DE CANNES,
AVEC L’AIDE ÉVENTUELLE DE LEUR MARMAILLE DÉJÀ NÉE, ET SOUVENT ELLES ACCOUCHENT
CARRÉMENT DANS LES CHAMPS !

PEU DE PERSONNES SAVENT LIRE EN 1944, ET POUR LES FEMMES
C’EST PIRE. FITTE-DUVAL SE SOUVIENT DES COURS POUR ADULTES QU’ELLE DONNAIT À
L’ÉPOQUE.

 COMMENT CONCILIAIT-ELLE CELA AVEC SON MÉTIER ET OÚ TROUVER
TOUT CE COURAGE ? C’EST LA CONSCIENCE DE LA NÉCESSITÉ DE FAIRE CELA,
D’AIDER LE PEUPLE, D’AUTRES APPELLENT CELA LE DON DE SOI.

ET PUIS PAR LES ENFANTS QU’ELLE AVAIT EN CLASSE QUI
VANTAIENT SA GENTILLESSE, ELLE AVAIT PLUS AISÉMENT ACCÈS AUX PARENTS.

A TRAVERS SON COMBAT, ELLE A TOUJOURS POUSSÉ À LA CRÉATION DE CRÊCHES.

DE NOS JOURS LES GENS CRIENT INDÉPENDANCE, INDÉPENDANCE  ALORS QUE LEUR CORPS MÊME N’EST PAS
INDÉPENDANT – MÊME LEURS JAMBES NE LEUR APPARTIENNENT PAS !

SON COMBAT DE FEMME L’A AMENÉ À ALLER VOIR DES FEMMES
D’AUTRES PAYS COMME EN URSS EN 1972 OU À CUBA. SON ASSOCIATION A AUSSI ENVOYÉ DES
AIDES DANS DES PAYS TOUCHÉS PAR DES CATASTROPHES COMME PAR EXEMPLE LE NICARAGUA
OU LES ÎLES DE LA CARAÏBE.

CERTAINES D’ENTRE ELLES SONT SOUVENT ALLÉES AUX CONGRÈS EN FRANCE.

ELLES ONT AUSSI ORGANISÉ CHAQUE ANNÉE DES FÊTES POUR LES
ENFANTS NOTAMMENT POUR LES ENFANTS HANDICAPÉS. QUANT À ELLE, ELLE NE S’EST PAS
MARIÉE, N’A PAS EU D’ENFANTS MAIS ELLE AIME LES ENFANTS ET DÉFEND LEUR CAUSE DE
TOUTES SES FORCES. ELLE A TOUJOURS ÉTÉ CONTRE LA MALTRAITANCE QUELQUE SOIT SA
FORME.

ELLE SE RAPPELAIT DE SES VACANCES CONSACRÉES À RECOUDRE DU
LINGE POUR EUX.

FITTE-DUVAL RECONNAIT QU’IL Y AVAIT UN CERTAIN MÉPRIS DE LA
FEMME DE LA VILLE POUR CELLE DE LA CAMPAGNE, CETTE PREMIÈRE N’HÉSITANT PAS À
SOLLICITER LA SECONDE À LUI ENVOYER SA FILLE POUR « L’ÉLEVER » ET
QU’AU FINAL LA JEUNE FILLE SERVAIT DE « BONNE», DE SERVANTE ET NE
PROGRESSAIT NULLEMENT DANS LA SOCIÉTÉ MARTINIQUAISE.

FITTE-DUVAL  A FAIT BEAUCOUP DE COURS POUR ADULTES.

ELLE FUSTIGE CEUX QUI DISENT QUE LE PEUPLE NE COMPREND RIEN
AUX IDÉES, AUX ŒUVRES. EN EFFET, EN 1947, ILS ONT FAIT JOUÉ « ET LES
CHIENS SE TAISAIENT » DE CÉSAIRE, AU COURS D’ADULTES ET LES GENS
COMPRENAIENT L’ESSENTIEL DU MESSAGE CONTENU DANS L’ŒUVRE.

LE MEILLEUR DE CÉSAIRE SELON ELLE C’EST LE CAHIER D’UN
RETOUR AUX PAYS NATAL.

EN RÉACTION SUR UNE QUESTION PERTINENTE AU SUJET DE LA FAMEUSE
LETTRE DE CÉSAIRE À MAURICE THOREZ, ELLE NOUS DIT AVOIR PRÔNÉ LA TOLÉRANCE,
QU’ELLE A TOUJOURS ÉTÉ POUR LA DISCIPLINE, QU’ELLE A TOUJOURS SUIVI LES MOTS
D’ORDRE DU PARTI. NÉANMOINS, CELA NE L’A JAMAIS EMPÊCHÉ DE TRANSMETTRE
L’ENSEIGNEMENT DE CÉSAIRE, DEMEURANT L’ÉTERNELLE LAÏQUE QU’ELLE A TOUJOURS ÉTÉ
SUR CE PLAN.

SON SOUCI A TOUJOURS ÉTÉ DE FORMER DES « TÊTES » ET
POUR CE QUI EST DE LA MÉTHODE, ELLE A TOUJOURS REFUSÉ LES COUPS CAR LA PEUR
BLOQUE L’ESPRIT. ELLE A CEPENDANT UTILISÉ LA RETENUE.

POUR CE QUI EST DES
ÉLECTIONS À LA MARTINIQUE, SUJET ASSEZ BRÛLANT. ELLES ÉTAIENT VIOLENTES
SURTOUT LORS DES FAMEUSES CONFÉRENCES FAITES SOUS LES « PIERRES »
REÇUES OU LORSQU’IL FALLAIT RENTRER CHEZ SOI EN ÉVITANT LES PIÈGES SUR LES
ROUTES ET CHEMINS. SANS OUBLIER LES INSULTES, LES NOMS D’OISEAUX COMME PAR
EXEMPLE LES « NON AUX RUSSES NOIRS ICI ! ». LES DÉFILÉS QUI DÉGÉNÈRENT
QUAND ON PASSE PRÈS DE LA MAISON D’UN MILITANT COMMUNISTE. LES VOITURES QU’ON
INCENDIE.

SON FRÈRE A ÉTÉ MAIRE DE SAINT-ESPRIT ET ELLE SE RAPPELLE DE
SES INQUIÉTUDES AUX LENDEMAINS DES VICTOIRES QUI ANNONÇAIENT DES REPRÉSAILLES.

ELLE ÉVOQUE AUSSI L’AMBIANCE NAUSÉABONDE DE FRAUDES
ÉLECTORALES GÉNÉRALISÉES DE L’ÉPOQUE ET EN PARTICULIER DANS UN BUREAU DE
VOTE-ÉCOLE OÚ ELLE ÉTAIT PRÉSIDENTE. CERTAINS SE SONT IMAGINÉS QUE CE SERAIT
PLUS FACILE VU QU’APRÈS TOUT CE N’ÉTAIT QU’UNE PETITE FEMME QUI TIENDRAIT LA MAISON
ET ILS ONT ESSAYÉ DE « BOURRER » L’URNE PENDANT UNE SUSPECTE COUPURE
D’ÉLECTRICITÉ. IL A FALLU « SÉCURISER » L’URNE ET L’EMMENER  INVIOLÉE À LA PRÉFECTURE.

ON POUVAIT MALHEUREUSEMENT TROUVER LA MORT EN ALLANT
SIMPLEMENT DÉPOSER SON BULLETIN DE VOTE.

COMMENT A-T-ELLE VÉCU L’ORDONNANCE DU 15 OCTOBRE 1960 DU
GÉNÉRAL DE GAULLE ? RAPPELONS QUE PAR CELLE-CI L’ÉTAT FRANÇAIS LIVRE À
L’ARBITRAIRE LES FONCTIONNAIRES DES DÉPARTEMENTS D’OUTRE-MER. MILITANTS,
ANTI-COLONIALISTES, AUTONOMISTES OU INDÉPENDANTISTES , EN MAJORITÉ COMMUNISTES,
SONT MUTÉS SANS AUTRES FORMES DE PROCÉS. SERONT NOTAMMENT CONCERNÉS ARMAND
NICOLAS, GUY DUFOND, GEORGES MAUVOIS, WALTER GUITTEAUD ETC

ON A ALORS ESSAYÉ D’ENVOYER FITTE-DUVAL DANS D’AUTRES
COMMUNES – ON LUI FIT DE BELLES PROPOSITIONS – CAR ON CONSIDÉRAIT QU’ELLE ÉTAIT
UN APPUI DE POIDS POUR SON FRÈRE À SAINT-ESPRIT. ELLE N’A RIEN ACCEPTÉ ET DONC
ON L’A MISE EN QUARANTAINE – PERSONNE NE LUI ADRESSAIT LA PAROLE ! ET
ELLE-MÊME S’EMPRESSAIT DE PRÉVENIR LES JEUNES QUI ARRIVAIENT EN POSTE DE NE PAS TROP
LA FRÉQUENTER SOUS PEINE D’ÊTRE MIS À L’INDEX EUX-MÊME.

LA PLACE DU POISON EN POLITIQUE À LA MARTINIQUE – ELLE DIT
AVOIR ENTENDU PLUTÔT DES RUMEURS MAIS COMME TOUT ÉTAIT POSSIBLE À L’ÉPOQUE, IL
FALLAIT RESTER VIGILANTE. NE PAS ACCEPTER TOUS LES VERRES OU REPAS OFFERTS.

POUR CE QUI EST DE LA MUSIQUE, ELLE A CHANTÉ ET FAIT CHANTER
SOUVENT LES DAMNÉS DE LA TERRE OU L’INTERNATIONALE. ELLE A AUSSI ENSEIGNÉ LA
MARSEILLAISE PARCE QUE C’ÉTAIT AU PROGRAMME, REMARQUANT EN PASSANT QU’IL Y A
BEAUCOUP DE TERMES VIOLENTS DEDANS ET QU’ON COMPREND POURQUOI CERTAINES
PERSONNES EN MARTINIQUE VEULENT TUER LES INDÉPENDANTISTES POUR DÉFENDRE LEUR
« NATION ».

COMMENT ELLE VOIT LES PARTIS POLITIQUES EN MARTINIQUE ?
POUR ELLE LA GAUCHE REPRÉSENTE CEUX QUI SONT LE PLUS PROCHE DU PEUPLE. TANDIS
QUE LA DROITE A DES VISÉES ALLANT VERS LE CAPITALISME LE PLUS DUR ET VERS LA
ROYAUTÉ POUR CERTAINS.

ELLE RAPPELLE QUE PENDANT LONGTEMPS, ELLE N’A PAS EU LE
DROIT DE PARLER À LA RADIO ET LES RARES CAS OÚ ON L’AVAIT INVITÉ, L’ÉMISSION A ÉTÉ
COUPÉE. ON N’AVAIT PAS LE DROIT DE PARLER DU 27 AVRIL ET SURTOUT PAS DU 22 MAI.
ET À PARTIR DE 1981, AVEC MITTÉRAND, CELA A ÉTÉ MIEUX.

AVEC LA GAUCHE, IL Y A EU UN PROGRÈS POUR LE PEUPLE. ELLE SE
DIT NE PAS ÊTRE SYSTÉMATIQUEMENT CONTRE CE QUE LA DROITE A PU FAIRE, IL FAUT
FAIRE LA PART DES CHOSES MAIS NÉANMOINS LA DROITE LOCALE LUI A DONNÉ BEAUCOUP
DE COUPS EN PARTICULIER À TRAVERS LE CONSEIL GÉNÉRAL QUI S’EST OPPOSÉ
VIOLEMMENT À L’OUVERTURE DU COLLÈGE DE SAINT-ESPRIT. ELLE EST TOLÉRANTE MAIS N’A
PAS LA MÉMOIRE COURTE !

ELLE SE BAT POUR LE DROIT DES FEMMES, QUELQUE SOIT SON PAYS.
LA LIBERTÉ DE SON CORPS, DE PENSÉES, DE CIRCULER, POUR LA LIBERTÉ DES ÊTRES
HUMAINS. UNE INJUSTICE FAITE À UNE FEMME DANS LE MONDE EST FAITE CONTRE LA
FEMME MARTINIQUAISE. SELON ELLE, LES FEMMES DOIVENT ÊTRE SOLIDAIRES POUR
OBTENIR LE RESPECT ET PLUS GLOBALEMENT LE RESPECT DE LA PERSONNE HUMAINE. ELLE
A TOUJOURS ÉTÉ CONTRE LA GUERRE ET EST INTERNATIONALISTE.

LES HOMMES ET LES FEMMES DOIVENT ÊTRE ÉGAUX EN DROIT. DROIT
À L’ÉDUCATION AUSSI. LES ENFANTS DOIVENT ÊTRE RESPECTÉS.

POUR CE QUI EST DE SON ENGAGEMENT, ELLE SE RAPPELLE AVOIR EU
DE LA PEINE QUAND ELLE VOYAIT DES « COULIS » MENDIER À L’ÉPOQUE. ET
QUAND DE NOS JOURS, ELLE VOIT DES JEUNES QUI MENDIENT DE L’ARGENT, ELLE SE POSE
BIEN DES QUESTIONS. COMME QUOI RIEN N’EST GAGNÉ.

IL FAUT FAIRE UN PAS ET TENIR « GAGNÉ » LE PAS EN QUESTION.

POUR CE QUI EST DE LA VIOLENCE DES JEUNES, ELLE Y VOIT UN
PROBLÈME D’ÉDUCATION ET D’AILLEURS ON NE LEUR PASSE QUE DES ÉMISSIONS PLEINES
DE VIOLENCES OU DE SEXE.

IL FAUT APPRENDRE LE RESPECT MUTUEL, DONNER AUX GENS LE
GOÛT DU BIEN, LE DÉSIR DU BIEN.

POUR CE QUI EST DE LA RELIGION, ELLE EST POUR L’ÉDUCATION
LAÏQUE ET DONC APPRENDRE LE BIEN PARCE QUE C’EST CELA QUI EST MIEUX POUR NOUS.

ELLE GARDE UN SOUVENIR DOULOUREUX QUAND L’ABBÉ A REFUSER DE
FAIRE L’ENTERREMENT DE SON PÈRE AU PRÉTEXTE QUE SES ENFANTS ÉTAIENT DES
COMMUNISTES. IL A EU CERTES UN BEL ENTERREMENT AVEC TOUTE LA POPULATION
PRÉSENTE.

LES PRÊTES APPELAIENT MÊME À NE PAS VOTER COMMUNISTE ET MÊME
À VOTER À DROITE.

EN CE QUI CONCERNE LES DÉCORATIONS, ELLE N’A JAMAIS DEMANDÉ
QUOI QUE CE SOIT. ELLE A EU CEPENDANT LES PALMES ACADÉMIQUES – CHEVALIER.

COMMENT VOIT-ELLE L’ENSEIGNEMENT DE MAINTENANT ? ELLE
EST POUR L’UTILISATION DU CRÉOLE À L’ÉCOLE – ELLE SE SOUVIENT DES
DIFFICULTÉS RENCONTRÉES PAR LES ENFANTS QUI AVAIENT TOUJOURS PARLER QUE CRÉOLE
À LA MAISON ET QU’ON NE POUVAIT PAS LEUR EXPLIQUER LES CHOSES EN CRÉOLE À
L’ÉPOQUE.

ELLE EST POUR L’UTILISATION DES MÉTHODES MODERNES À
CONDITION DE BIEN LES UTILISER ET QUE CELA SOIT DISPONIBLE POUR TOUS, POUR LA
MASSE.

ELLE DÉPLORE QU’AVANT IL Y AVAIT PLUS D’ÉGALITÉ. IL Y A EU
COMME UNE RÉGRESSION DE LA DÉMOCRATIE, DE L’ÉGALITÉ DES CHANCES. VOTRE RÉUSSITE
DÉPEND DE VOS CONDITIONS MATÉRIELLES.

CE QUI L’A BEAUCOUP LE PLUS CHOQUÉ À PART LES CONDITIONS DE
L’ENTERREMENT DE SON PÈRE ? ELLE EST
HEUREUSE D’AVOIR VÉCU ASSEZ LONGTEMPS POUR VOIR QUE DES GENS QUI LUI AVAIENT FAIT
DU TORT LUI, ONT FINI PAR LUI FAIRE SENTIR PLUS TARD QU’ILS NE LA HAÏSSAIENT PLUS.

ELLE ÉVITE LE PLUS POSSIBLE DE RACONTER CE QUI LUI A FAIT DE
LA PEINE DANS LE PASSÉ.

ELLE NE CONSERVE QUE CE QUI EST POSITIF. QUAND ELLE RESTE DEUX
JOURS SANS SORTIR ET QUE LA TRISTESSE MONTE, ELLE DESCEND À FORT-DE-FRANCE ET
CROISE AU MOINS 10 ANCIENS ÉLÈVES QUI ONT UN GRAND SOURIRE EN LA REVOYANT, CELA
LA RAJEUNIT.

ELLE N’A PAS D’ORDINATEURS ET LE PORTABLE QU’ELLE A, ELLE NE L’UTILISE PAS.

ELLE N’EST PAS PARTIE DE BON CŒUR À LA RETRAITE.
HEUREUSEMENT, ELLE A PU CONSACRER SON TEMPS À L’UNION DES FEMMES DE LA
MARTINIQUE. 

SON COMBAT CONTRE LA VIOLENCE FAITE AUX FEMMES ? ELLE
REGRETTE QU’AVEC TOUT LE TEMPS PASSÉ DANS LES NOUVEAUX LOISIRS, LES FEMMES NE
S’OCCUPENT PLUS AUTANT DE CES CAUSES-LÀ. ELLES OUBLIENT QUE TOUT CE QUI A ÉTÉ
OBTENU AVEC DES LUTTES PEUT SE PERDRE.

ELLE TRAVAILLE ET A TOUJOURS TRAVAILLÉ POUR L’HARMONIE ENTRE
FEMMES ET HOMMES, DANS LA FAMILLE. POUR LA PAIX EN MARTINIQUE, LA TOLÉRANCE ET
UNE REMISE EN QUESTION DE LA SOCIÉTÉ DE CONSOMMATION OÚ L’ON S’ENDETTE COMME SI
DEMAIN NE SERA JAMAIS. 

JE NE POUVAIS PAS NE PAS RENDRE HOMMAGE À UNE TELLE GRANDE
DAME, QUI A TANT FAIT POUR LA MARTINIQUE, POUR LA FEMME MARTINIQUAISE, POUR LA
FEMME ANTILLAISE, GUYANAISE, POUR TOUTES LES FEMMES.

JE NE PEUX PAS OUBLIER LE JOUR OÚ J'AI APPELÉ CETTE DAME POUR CONVENIR D'UN JOUR POUR L'ÉMISSION CHEZ ELLE, ELLE M'A DONNÉ UNE DATE. J'AI ALORS CHERCHÉ UN TECHNICIEN, LE JEUNE GÉRARD DALMAT ET NOS SOMMES MONTÉS CHEZ ELLE.ELLE NOUS A REÇU LES BRAS GRANDS OUVERTS, TOUTE SEULE CHEZ ELLE ENTOURÉE DE 5 CHIENS, CHACUN AVAIT SON CANAPÉ, CELA M'A TOUCHÉ. ELLE NOUS OFFERT À BOIRE ET NOUS AVONS COMMENCÉ L'INTERVIEW.

A VRAI DIRE, JE LA CONNAISSAIS DEPUIS LONGTEMPS PUISQUE J'AVAIS DÉJÀ EU L'OCCASION D'INTERROGER GEORGES FITTE-DUVAL, ANCIEN MAIRE, CONSEILLER GÉNÉRAL COMMUNISTE. A CETTE ÉPOQUE, SA MÈRE ÉTAIT TOUJOURS VIVANTE, TOUT CELA JE VAIS LE PUBLIER PLUS TARD. CES GENS-LÀ ÉTAIENT DE VRAIS MILITANTS, ELLE ÉTAIT UNE FEMME TRÈS CULTIVÉE. ELLE CONNAISSAIT TOUTES LES CHANSONS DE CUBA ET D'AILLEURS. ELLE CONNAISSAIT TOUTES LES CHANSONS RÉVOLUTIONNAIRES. CE N'EST PAS PAR HASARD QUE LA VILLE DE FORT-DE FRANCE A DONNÉ SON NOM À UNE ÉCOLE. EN TOUT CAS, IL YA DES CENTAINES DE FEMMES COMME CELA QUE J'AI EU L'OCCASION D'INTERROGER TELLES QUE MADAME RENÉE BEUZE, MADAME DONGARD ETC QUE JE VOUS FERAIS DÉCOUVRIR PLUS TARD, CES POTOMITAN POUR LA MARTINIQUE !
UNE PENSÉE AMICALE À SA FAMILLE.  

MANO LOUTOBY LE JEUDI 6-OCTOBRE-2016 

 
Vign_solange_merci
Solange Fitte-Duval reçoit avec bonheur les hommages de la ville
 
Cette dénomination d'école avait un parfum particulier, et l'équipe de l'école primaire de Tivoli l'avait bien compris. Chants, danses, cocktail de bienvenue, discours et témoignage, tout était fait pour offrir à Madame Solange Fitt-Duval un grand moment d'émotion et le pari a été tenu.

C'est que l'intéressée était présente bon pied bon œil du haut de ses 89 ans, et au micro, Solange Fitt Duval a pris le temps de remercier les uns et les autres, le corps enseignant, le maire de la ville pour sa tendresse à son égard et son militantisme, la Directrice de l'école et tous ses amis présents.

Un grand moment de convivialité partagé avec ses amies de toujours, qu'ils soient griots, laïques, enseignants, femmes militantes aux premières heures de l'UFM (Union des Femmes Martiniquaises), foyalaises ou spiritaines, toutes sont venues dire leur admiration.


S'inspirant du poème de Solange Fitt Duval, "Vivre" lu un peu plus tôt par les élèves, l'inspectrice de la circonscription s'est félicité du fait que la culture rejoigne l'éducation Le maire Raymond Saint Louis Augustin ému aux larmes a exprimé toute sa tendresse la remerciant de sa fidélité dans le travail, en amitié, dans les paroles.

Pour en savoir plus cliquez ICI
http://www.fortdefrance.fr/-584-Solange-Fitte-Duval-recoit-avec-bonheur-les-hommages-de-la-ville



Des félicitations particulières au personnel de la ville qui a mis les petits plats dans les grands pour offrir à leurs frais un cocktail digne des grandes manifestations publiques.




 
Vign_solange_fitte_duval_1
Exposition « Solange Fitte-Duval : le don de soi »


Exposition visible du 30 juin au 15 juillet 2011

A la Bibliothèque Schoelcher



«Solange et Georges Fitte-Duval» : Le frère et la sœur.

Leurs deux noms et prénoms semblent avoir toujours été accolés.


L’exposition leur est-elle dédiée ?
« LE DON DE SOI » est un regard particulier sur Solange.

De l’enfance des années 20, entourés par des parents à l’éducation stricte, puis d’une adolescence studieuse au Pensionnat Colonial, Solange Fitte-Duval entre de plein pied dans une vie de labeur, de responsabilité qu’exigent d’elle les conditions difficiles des années 40/50 de la Martinique.


Dès cette époque, aux côtés de Georges, son frère, elle se consacre à la défense des plus démunis. Et tout particulièrement des femmes de ce pays.

Présidente de l’Union des Femmes de la Martinique, elle est, dès les premières heures, de tous les combats.
Pour le respect, la dignité, la paix, le bonheur.

On se souvient

de l’enfant,
de la jeune fille,
de la préceptrice,
de l’institutrice,
de la militante,
de la femme,
du témoin de ces années de «don de soi».

source en savoir plus cliquez
http://www.cg972.fr/site/html/page_imprimable.php?id=1668

 
 
 
 

vign1_solange-2

vign1_solange-1

vign1_solange-4

vign1_fitt-500

vign1_3

vign1_500-4

vign1_253079_375305609206927_1102989751_n

vign1_solange_fitte_duval_1

vign1_merci79p

vign1_merci78
 
Vign_SANGE_MERCI-4

         Solange
     FITTE-DUVAL

    Née le 25 août-1921 à Fort de France.

  Décédée-le-28-Mars-2014  à Fort de France

              Enseignante, elle
marquera de son empreinte des milliers de spiritain-es. Elle est une militante
communiste, associative et syndicale active (membre du SNI, FOL, fondatrice des
Griots, de l'association « La Culture » du Saint-Esprit, du Syndicat
d’initiative de la commune, du CMAC). Elle est
co-fondatrice du Comité de Saint-Esprit de l’Union des Femmes. Elle est
présidente de l’UFM qu'elle anime avec vitalité de 1973 à 1993, en menant de
nombreuses actions. etc

 

 
Vign_solange-ok
 
Vign_500-6
 
Vign_88
 
Vign_1
 
Vign_10
 
Vign_5
 
Vign_solange_fitte_duval-2
 
Vign_9
 
Vign_4
 
Vign_h-merci_solange-----
 
Vign_h-merci_solange---
France-Antilles
-( FERNAND BIBAS)
 
Vign_h-merci_solange----
 
Vign_h-merci_solange-
 
Vign_ok-12
© 2010
Créer un site avec WebSelf